• Texte à trous :

    Pour compléter le texte ci-dessous, inspirez vous des images suivantes :

    Exercice 8 : Le Surréalisme

    Exercice 8 : Le Surréalisme

    Exercice 8 : Le Surréalisme

    Exercice 8 : Le SurréalismeExercice 8 : Le Surréalisme

    Exercice 8 : Le Surréalisme

    Exercice 8 : Le Surréalisme

    Exercice 8 : Le Surréalisme  Exercice 8 : Le Surréalisme

     

    Exercice 8 : Le Surréalisme

    Exercice 8 : Le Surréalisme

    Exercice 8 : Le Surréalisme

     

     

     

     

     

     

    Le mot Surréalisme a été employé pour la première fois par le poète ..............................

    Ce mouvement s'inscrit dans la continuité du ..........................................., mouvement dont le chef de file est Tristan Tsara et qui veut faire table rase de toutes les valeurs comme la patrie, l'obéissance, les conventions, qui ont conduit aux atrocités de la Première ...................    .......................

    Le Surréalisme se nourrit à l'origine des théories sur ...............................(technique qui conduit le sujet à passer de l'état de conscience à une forme d'inconscience) et des découvertes freudiennes sur l'.................................

    Le chef de file du Surréalisme, ......................................, dans .................................................................... (1924), définit ce mouvement comme un "automatisme psychique pur par lequel on se propose d'exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée". Cette déclaration donne donc tous les pouvoirs à l'.................................

    Le Surréalisme utilise tous les procédés reposant sur l'arbitraire, le hasard, et libérant de toutes contraintes et codifications littéraires.

    Caractéristiques de l'écriture surréaliste :

    ....................................... : elle consiste à écrire le plus rapidement possible sans aucun recours à la raison, ni à la logique, sans se préoccuper de la grammaire, tous les mots qui viennent à l'esprit.

    ......................................... : comme son nom l'indique, le poème se construit par une suite d'images, de nombreuses métaphores associées de façon surprenante car elles évoquent des réalités éloignées l'une de l'autre. ("Union libre", d'André Breton )

    .......................................... : jeu d'écriture pour faire surgir des images surréalistes. Il se joue à deux ou plus. Sur un papier que l'on plie au fur et à mesure pour dissimuler ce qu'on y a inscrit, on écrit chacun à son tour un nom, un adjectif, un verbe, un nom, etc. La première phrase ainsi obtenue a donné son nom à cette pratique d'écriture : "le cadavre exquis boira le vin nouveau".

    ............................................:  collage ou association libre, aléatoire, de  deux images que rien ne porte à réunir a priori. Ce procédé est défini par Lautréamont par sa formule :" beau comme la rencontre fortuite d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection".

     

    Correction

     

    Le mot Surréalisme a été employé pour la première fois par le poète Apollinaire.

    Ce mouvement s'inscrit dans la continuité du Dadaïsme, mouvement dont le chef de file est Tristan Tsara et qui veut faire table rase de toutes les valeurs comme la patrie, l'obéissance, les conventions, qui ont conduit aux atrocités de la Première Guerre Mondiale.

    Le Surréalisme se nourrit à l'origine des théories sur l'hypnose (technique qui conduit le sujet à passer de l'état de conscience à une forme d'inconscience) et des découvertes freudiennes sur l'inconscient.

    Le chef de file du Surréalisme, André Breton, dans Le Manifeste du Surréalisme (1924), définit ce mouvement comme un "automatisme psychique pur par lequel on se propose d'exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée". Cette déclaration donne donc tous les pouvoirs à l'imagination.

    Le Surréalisme utilise tous les procédés reposant sur l'arbitraire, le hasard, et libérant de toutes contraintes et codifications littéraires.

    Caractéristiques de l'écriture surréaliste :

    L'Ecriture Automatique: elle consiste à écrire le plus rapidement possible sans aucun recours à la raison, ni à la logique, sans se préoccuper de la grammaire, tous les mots qui viennent à l'esprit.

    Le Poème image : comme son nom l'indique, le poème se construit par une suite d'images, de nombreuses métaphores associées de façon surprenante car elles évoquent des réalités éloignées l'une de l'autre. ("Union libre", d'André Breton )

    Le jeu du Cadavre Exquis : jeu d'écriture pour faire surgir des images surréalistes. Il se joue à deux ou plus. Sur un papier que l'on plie au fur et à mesure pour dissimuler ce qu'on y a inscrit, on écrit chacun à son tour un nom, un adjectif, un verbe, un nom, etc. La première phrase ainsi obtenue a donné son nom à cette pratique d'écriture : "le cadavre exquis boira le vin nouveau".

    L'image étincelle:  collage ou association libre, aléatoire, de  deux images que rien ne porte à réunir a priori. Ce procédé est défini par Lautréamont par sa formule :" beau comme la rencontre fortuite d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection".

     

     

     

     


    1 commentaire
  • Exercice 7 : Parnasse et Symbolisme


    Les caractéristiques suivantes appartiennent-elles au Parnasse ou au Symbolisme ?  

    1. Son nom désigne à l'origine une montagne de Grèce consacrée autrefois aux Muses, puis par métonymie un groupe de poètes.
    2. S'oppose aux principes du Romantisme, prônant un renouveau de la poésie, en refusant le lyrisme et en récusant à l'art toute utilité.
    3. Ce mouvement considère que le monde est "une représentation", le reflet d'un idéal. Seuls les symboles peuvent réussir  à traduire les signes de cet ailleurs spirituel.
    4. L'un de ses principaux représentants, Théophile Gautier, déclare qu' "il n'y a de vraiment beau que ce qui ne sert à rien".
    5. Verlaine, Mallarmé, Rimbaud en font partie.
    6. Le chef de file de ce mouvement est Leconte de Lisle.
    7. L'analogie a un rôle primordial dans cette poésie ( rapport de ressemblance) : le langage peut suggérer, exprimer des idées abstraites grâce à l'analogie. Les sons, les couleurs, les parfums se répondent pour créer des sortes de visions qui permettent de percevoir intuitivement l'existence d'une réalité supérieure.
    8. Le poète doit s'écarter de tout engagement politique. Ses sujets de prédilection portent sur des mythes, des civilisations disparues, exotiques, ainsi que sur l'histoire des religions.
    9. Culte de la forme et du Beau.
    10. Le poète devient voyant  parce qu'il a accès à un monde inconnu.
    11. Le poète est un alchimiste.  Pour transcrire ses "visions" de l'Idéal, il doit inventer d'autres formes poétiques, comme le mètre impair, le poème en prose, le vers libre.

    Correction

    Exercice 7 : Parnasse et Symbolisme


    Les caractéristiques suivantes appartiennent-elles au Parnasse ou au Symbolisme ?  

    1. Son nom désigne à l'origine une montagne de Grèce consacrée autrefois aux Muses, puis par métonymie un groupe de poètes. Parnasse
    2. S'oppose aux principes du Romantisme, prônant un renouveau de la poésie, en refusant le lyrisme et en récusant à l'art toute utilité. Parnasse
    3. Ce mouvement considère que le monde est "une représentation", le reflet d'un idéal. Seuls les symboles peuvent réussir  à traduire les signes de cet ailleurs spirituel. Symbolisme
    4. L'un de ses principaux représentants, Théophile Gautier, déclare qu' "il n'y a de vraiment beau que ce qui ne sert à rien". Parnasse
    5. Verlaine, Mallarmé, Rimbaud en font partie. Symbolisme
    6. Le chef de file de ce mouvement est Leconte de Lisle. Parnasse
    7. L'analogie a un rôle primordial dans cette poésie ( rapport de ressemblance) : le langage peut suggérer, exprimer des idées abstraites grâce à l'analogie. Les sons, les couleurs, les parfums se répondent pour créer des sortes de visions qui permettent de percevoir intuitivement l'existence d'une réalité supérieure. Symbolisme
    8. Le poète doit s'écarter de tout engagement politique. Ses sujets de prédilection portent sur des mythes, des civilisations disparues, exotiques, ainsi que sur l'histoire des religions. Parnasse
    9. Culte de la forme et du Beau. Parnasse
    10. Le poète devient voyant  parce qu'il a accès à un monde inconnu. Symbolisme
    11. Le poète est un alchimiste.  Pour transcrire ses "visions" de l'Idéal, il doit inventer d'autres formes poétiques, comme le mètre impair, le poème en prose, le vers libre. Symbolisme

    votre commentaire
  • Vrai ou Faux ?

    1. Le Réalisme est un mouvement littéraire et culturel qui débute d'abord en peinture.
    2. Les peintres réalistes se voient refuser l'exposition de leurs tableaux au salon officiel.
    3. Le Naturalisme précède le réalisme.
    4. Ces deux mouvements apparaissent au début du XXe siècle.
    5. Le réalisme se construit en opposition au romantisme.
    6. L'artiste réaliste, peintre ou écrivain, s'attache à représenter le réel tel qu'il est, sans l'enjoliver, sans le transformer par idéalisme ou bienséance.
    7. Parce qu'ils dépeignent le réel avec exactitude, et abordent des thèmes bannis jusqu'à cette époque en littérature, comme le chômage, l'exploitation des travailleurs, l'alcoolisme, la prostitution, l'adultère, les écrivains réalistes et naturalistes sont violemment attaqués par la critique "officielle" et font l'objet de censure ou de procès.
    8. Courbet est l'un des premiers peintres réalistes. Il s'attache à peindre des gens qui lui sont familiers, voisins, amis, famille, et des paysages de sa ville natale, Ornans.
    9. Réalisme et Naturalisme partagent les mêmes techniques d'écriture, les mêmes visées , mais le Naturalisme se distingue de son prédécesseur par des prétentions scientifiques. En effet, il assigne au roman une visée expérimentale : prouver par le destin de personnages appartenant à une même famille, donc partageant les mêmes gênes, mais placés dans des environnements différents, l'influence de l'hérédité et du milieu social sur le comportement.
    10. L'écrivain réaliste prétend être totalement objectif, abandonner sa subjectivité lorsqu'il raconte le monde.
    11. Les auteurs réalistes et naturalistes ont pour habitude de se documenter et de réunir une somme d'informations abondante avant d'écrire un roman.
    12. Le Réalisme s'attache davantage à porter témoignage sur la réalité qui l'entoure que sur des événements historiques.
    13. Les écrivains réalistes sont souvent lyriques et aiment à développer chez leurs personnages de longues introspections.
    14. Chez les peintres et écrivains  réalistes et naturalistes, les "petites gens", "les petits métiers", occupent la première place dans leurs œuvres, ce ne sont plus des personnages secondaires. Ces artistes privilégient l'évocation de scènes quotidiennes ; de ce fait, ils abordent parfois la maladie, la mort ou la sexualité, dans toute sa crudité.

     

    Correction :

    Vrai ou Faux ?

     

    1. Le Réalisme est un mouvement littéraire et culturel qui débute d'abord en peinture. Vrai
    2. Les peintres réalistes se voient refuser l'exposition de leurs tableaux au salon officiel. Vrai. Ils devront ouvrir un salon parallèle où exposer leurs œuvres. Zola les soutiendra et rédigera des articles élogieux sur leur peinture. 
    3. Le Naturalisme précède le réalisme. Faux. Le Naturalisme se développe en prolongement du réalisme, dans les trois dernières décennies du XIXe siècle. On peut considérer que ce mouvement s'éteint à la mort  de Zola.
    4. Ces deux mouvements apparaissent au début du XXe siècle. Faux. Le réalisme correspond aux années 1840 et à la deuxième moitié du XIXe. Quelques œuvres à l'esthétique réaliste sont antérieures à cette période, publiées par des précurseurs comme Flaubert ou Balzac.  
    5. Le réalisme se construit en opposition au romantisme. Vrai. Il préfère l'authentique à l'imaginaire, au fantastique, et la peinture de la société à celle de l'individu.
    6. L'artiste réaliste, peintre ou écrivain, s'attache à représenter le réel tel qu'il est, sans l'enjoliver, sans le transformer par idéalisme ou bienséance. Vrai. L'artiste réaliste n'hésite pas  à aborder des sujets scabreux, à faire parler ses personnages comme dans la réalité, avec, parfois, un vocabulaire grossier.
    7. Parce qu'ils dépeignent le réel avec exactitude, et abordent des thèmes bannis jusqu'à cette époque en littérature, comme le chômage, l'exploitation des travailleurs, l'alcoolisme, la prostitution, l'adultère, les écrivains réalistes et naturalistes sont violemment attaqués par la critique "officielle" et font l'objet de censure ou de procès. Vrai. Le roman de Flaubert, Madame Bovary, fera l'objet d'un procès  pour atteinte aux bonnes mœurs. Après la publication de L'Assommoir, le romancier et critique Barbey d'Aurevilly écrira de Zola :" M. Émile Zola, l'auteur de L'Assommoir, cet Hercule souillé qui remue le fumier d'Augias et qui y ajoute !… M. Émile Zola croit qu'on peut être un grand artiste en fange comme on est un grand artiste en marbre. Sa spécialité, à lui, c'est la fange. Il croit qu'il peut y avoir très bien un Michel-Ange de la crotte…"
    8. Courbet est l'un des premiers peintres réalistes. Il s'attache à peindre des gens qui lui sont familiers, voisins, amis, famille, et des paysages de sa ville natale, Ornans. Vrai. (cf. la vidéo sur  son tableau L'Atelier du Peintre)
    9. Réalisme et Naturalisme partagent les mêmes techniques d'écriture, les mêmes visées , mais le Naturalisme se distingue de son prédécesseur par des prétentions scientifiques. En effet, il assigne au roman une visée expérimentale : prouver par le destin de personnages appartenant à une même famille, donc partageant les mêmes gênes, mais placés dans des environnements différents, l'influence de l'hérédité et du milieu social sur le comportement. Vrai. C'est particulièrement vrai en ce qui concerne la saga familiale d'Emile Zola, Les Rougon-Macquart, Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire (20 romans).
    10.  L'écrivain réaliste prétend être totalement objectif, abandonner sa subjectivité lorsqu'il raconte le monde. Faux. Maupassant dit que le romancier réaliste est un "illusionniste", qui "fait vrai" mais ne peut en aucun cas reproduire exactement la réalité. Il ne peut que nous présenter sa propre vision des choses, à travers des choix romanesques. Zola parle d'"écran" entre le romancier et le monde. Cet écran correspond à sa subjectivité. Il perçoit la réalité à travers le prisme de ses sens, de son humeur, de son caractère...
    11. Les auteurs réalistes et naturalistes ont pour habitude de se documenter et de réunir une somme d'informations abondante avant d'écrire un roman. Vrai.
    12. Le Réalisme s'attache davantage à porter témoignage sur la réalité qui l'entoure que sur des événements historiques. Vrai. Les auteurs romantiques, souvent tournés vers le passé,  sont davantage  portés à écrire des romans historiques.
    13. Les écrivains réalistes sont souvent lyriques et aiment à développer chez leurs personnages de longues introspections. Faux. Cette caractéristique est également romantique.
    14. Chez les peintres et écrivains  réalistes et naturalistes, les "petites gens", "les petits métiers", occupent la première place dans leurs œuvres, ce ne sont plus des personnages secondaires. Ces artistes privilégient l'évocation de scènes quotidiennes ; de ce fait, ils abordent parfois la maladie, la mort ou la sexualité, dans toute sa crudité. Vrai.

     

     


    2 commentaires
  • Exercice 5 : Le Romantisme

    Le mouvement romantique est fort éloigné de l'image populaire que son nom suscite lorsqu'on le prononce : non, le romantisme, ce n'est pas un coucher de soleil sur un horizon bleuté accompagné du murmure des vagues et du bruissement du vent. Ce n'est pas un serment d'amour sous les étoiles bercé par le roucoulement de deux tourtereaux. Le romantisme est bien différent des rêves subjugués de la jeune Emma Bovary, bien différent des images d’Épinal.  Alors, qu'est-ce que le romantisme? Après avoir regardé les vidéos ci-dessous, répondez à ce QCM.

    QCM  :

          - Une seule réponse :

        1. Construit sur l'adjectif "romantique", le mot "romantisme" désigne à l'origine :

    a) l' amateur de romances

    b) des écrits dont le sujet est l'amour

    c) les émotions des lecteurs de roman

        2. Il désigne par la suite un mouvement artistique et culturel :

    a) français

    b) européen

    c) mondial

         3. Il est né tout d'abord :

    a) en Angleterre et en Allemagne

    b) en Angleterre et en France

    c) en France et en Allemagne

          4. On peut le situer :

    a) dans la première moitié du XIXe siècle

    b) au XVIIIe siècle

    c) dans la seconde moitié du XIXe siècle

          5. Les précurseurs français de ce mouvement sont :

    a) Flaubert et Stendhal

    b) Rousseau et Madame de Staël

    c) Victor Hugo et Baudelaire

          6. Il repose sur des textes théoriques comme : 

    a) La Préface de Cromwell, de Victor Hugo et Racine et Shakespeare, de Stendhal

    b) La Préface de Pierre et Jean, de Maupassant, et Le Roman expérimental de Zola

    c) La Préface des Rougon-Macquart, de Zola et De l'Allemagne, de Madame de Staël

          7. Il correspond à un malaise dans la société, un désenchantement existentiel que l'on va appeler  : 

    a) le vague à l'âme

    b) le mal de vivre

    c) le mal du siècle

          8. Ce malaise est principalement dû à :

    a) une crise économique profonde

    b) une profonde désillusion après les idéaux révolutionnaires et l'épopée napoléonienne

    c) la déception du régime républicain

          9. Il se développe :

    a) principalement en musique et en poésie

    b) en poésie et en peinture

    c) dans tous les arts et tous les genres : musique, peinture, roman, théâtre et poésie

          10. Les romantiques revendiquent avant toute autre chose :

    a) la liberté dans l'Art

    b) le respect de nouvelles règles

    c) un Art inutile, qui ne privilégie que la beauté

     

    - Choix multiple : plusieurs réponses possibles :

        11.  Ce mouvement s'oppose :

    a) aux règles prônées par les classiques

    b) à la séparation des genres

    c) au règne de la raison et de l'argent

        12.  Il revendique :

    a) le "moi" comme valeur absolue, basé sur un goût prononcé pour l'introspection

    b) la quête d'un idéal de beauté, de liberté, d'absolu.

    c)  un rôle scientifique de la littérature en tant que témoignage d'une époque

    d) un art libre de toute convention

        13.  Ses thèmes privilégiés sont :

    a) l'argent et la réussite sociale

    b) un monde de paix et de culture

    c)  mélancolie, ennui, inquiétude, goût de la solitude

    d) la nostalgie du passé

    d) les grandes passions, interdites ou impossibles

    e) la nature

    d) le rêve, le voyage

    e) l'inspiration médiévale, le "gothique" qui conduit au fantastique.

    f)  l'influence du milieu social sur l'individu

         14. Au théâtre, les dramaturges :

    a) préconisent une synthèse de la tragédie et de la comédie

    b) réclament que le théâtre représente la réalité dans sa totalité, associant beauté et laideur, sublime et grotesque.

    c) refusent les unités de temps et de lieu qui entravent le fonctionnement de la vraisemblance.

    d) donnent un rôle essentiel aux accessoires. 

    e) mettent en scène des personnages dérisoires qui s'affrontent à l'absurdité de la condition humaine.

         15.  La nature occupe une place particulière en tant que :

    a) miroir de l'âme

    b) lieu de communion entre Dieu et les hommes

    c) confidente

    d) image de la passion et de l'infini

      16. Le rejet d'une société réactionnaire (retour de la monarchie avec la Restauration, échec de la révolution de 1830 sous Louis-Philippe) conduit les auteurs romantiques à chercher des solutions ou une échappatoire dans :

    a)  le vin et les drogues

    b) l'exotisme

    c) l'engagement politique

    d) une littérature d'idée et de contestation

    e) un univers fantastique, macabre ; l'occultisme ou l'onirisme

            17.  Les principaux auteurs romantiques sont :

    a) Ronsard

    b) Flaubert

    c) Victor Hugo

    d) Lamartine

    e) Rousseau

    f) Musset

    g) Stendhal

    h) Chateaubriand

    i) Vigny

           18. Le héros romantique est avant tout:

    a) un personnage tourmenté par une angoisse existentielle découlant de l'écart entre la réalité et l'idéal

    b) un personnage en quête d'idéal, d'absolu

    c) un personnage passionné, incompris, amoureux, épris de justice et de liberté

    d) un héros ambitieux à la conquête du monde

    e) un personnage  habité par ses instincts et dominé par ses pulsions

    f) un personnage banal, confronté aux turpitudes d'une existence médiocre et soumis au poids de la société

    g) un marginal, un exclu de la société

           19. L'écriture romantique se caractérise par :

    a) un registre lyrique propre à traduire les émotions et les élans de l'âme

    b) une écriture sobre, claire, concise

    c) de nombreuses figures d'insistance et des formes exclamatives qui permettent d'exprimer l'intensité du sentiment amoureux ou la profondeur du désarroi et de la mélancolie

    d) le recours au vers libre accompagné d'une recherche sur la musicalité

    e) le culte du beau inutile, de l'Art pour l'Art

     

     

      Correction

          - Une seule réponse : La réponse correcte est en bleu

        1. Construit sur l'adjectif "romantique", le mot "romantisme" désigne à l'origine :

    a) l' amateur de romances

    b) des écrits dont le sujet est l'amour

    c) les émotions des lecteurs de roman

        2. Il désigne par la suite un mouvement artistique et culturel :

    a) français

    b) européen

    c) mondial

         3. Il est né tout d'abord :

    a)  en Angleterre et en Allemagne : en effet, ce sont des poètes anglais comme Keats ou Shelley, et en Allemagne le prolifique écrivain Goethe, qui vont les premiers, à la fin du XVIIIe siècle, développer dans leurs écrits une sensibilité romantique. La publication en 1774 de son roman épistolaire Les Souffrances du jeune Werther ( qui fait partie du mouvement allemand Sturm und Drang (Tempête et Élan) , précurseur du romantisme)  rendra Goethe célèbre dans son pays puis dans toute l'Europe. Cette oeuvre provoquera également une vague de suicides en Allemagne.

    b) en Angleterre et en France

    c) en France et en Allemagne

          4. On peut le situer :

    a) dans la première moitié du XIXe siècle : certains manuels ou critiques avancent des dates plus précises, allant de 1830 à 1850, mais, en réalité , il est difficile d'enfermer un mouvement qui touche tous les arts dans une tranche temporelle si rigoureuse. Chateaubriand publie son roman Atala en 1801, à la naissance du XIXe siècle. Et si le réalisme se développe très rapidement  dès les années 40-50, le romantisme continuera à influencer la littérature beaucoup plus tardivement , notamment dans son courant fantastique.

    b) au XVIIIe siècle

    c) dans la seconde moitié du XIXe siècle

          5. Les précurseurs français de ce mouvement sont :

    a) Flaubert et Stendhal

    b) Rousseau et Madame de Staël : Avec son roman épistolaire Julie ou La Nouvelle Héloïse, Rousseau introduit dans le genre romanesque une sensibilité romantique par sa façon d'évoquer l'amour et la nature. Madame de Staël publie ce qui est considéré comme le premier essai de littérature comparée : De L'Allemagne . Elle y jette les bases du romantisme français, en conseillant à ses compatriotes de s'inspirer de leurs voisins qui ont trouvé une nouvelle inspiration, un style tout neuf, en laissant libre cours aux émotions et à la passion.

    c) Victor Hugo et Baudelaire

          6. Il repose sur des textes théoriques comme : 

    a) La Préface de Cromwell, de Victor Hugo et Racine et Shakespeare, de Stendhal

    b) La Préface de Pierre et Jean, de Maupassant, et Le Roman expérimental de Zola

    c) La Préface des Rougon-Macquart, de Zola et De l'Allemagne, de Madame de Staël

          7. Il correspond à un malaise dans la société, un désenchantement existentiel que l'on va appeler  : 

    a) le vague à l'âme

    b) le mal de vivre

    c) le mal du siècle

          8. Ce malaise est principalement dû à :

    a) une crise économique profonde

    b) une profonde désillusion après les idéaux révolutionnaires et l'épopée napoléonienne

    c) la déception du régime républicain

          9. Il se développe :

    a) principalement en musique et en poésie

    b) en poésie et en peinture

    c) dans tous les arts et tous les genres : musique, peinture, roman, théâtre et poésie

          10. Les romantiques revendiquent avant toute autre chose :

    a) la liberté dans l'Art

    b) le respect de nouvelles règles ( surtout pas ! L'énoncé de règles au théâtre et en poésie correspond au classicisme)

    c) un Art inutile, qui ne privilégie que la beauté ( devise du Parnasse. Pour les romantiques, au contraire, l'art est utile et remplit de multiples fonctions : introspection, lyrisme, engagement politique, évasion, lien entre Dieu et les hommes...)

     

    - Choix multiple : plusieurs réponses possibles :

        11.  Ce mouvement s'oppose :

    a) aux règles prônées par les classiques

    b) à la séparation des genres

    c) au règne de la raison et de l'argent

        12.  Il revendique :

    a) le "moi" comme valeur absolue, basé sur un goût prononcé pour l'introspection

    b) la quête d'un idéal de beauté, de liberté, d'absolu.

    c)  un rôle scientifique de la littérature en tant que témoignage d'une époque (non, il s'agit du Naturalisme)

    d) un art libre de toute convention

        13.  Ses thèmes privilégiés sont :

    a) l'argent et la réussite sociale (réalisme)

    b) un monde de paix et de culture (humanisme)

    c)  mélancolie, ennui, inquiétude, goût de la solitude

    d) la nostalgie du passé

    d) les grandes passions, interdites ou impossibles

    e) la nature

    d) le rêve, le voyage

    e) l'inspiration médiévale, le "gothique" qui conduit au fantastique.

    f)  l'influence du milieu social sur l'individu (réalisme et naturalisme)

         14. Au théâtre, les dramaturges :

    a) préconisent une synthèse de la tragédie et de la comédie

    b) réclament que le théâtre représente la réalité dans sa totalité, associant beauté et laideur, sublime et grotesque.

    c) refusent les unités de temps et de lieu qui entravent le fonctionnement de la vraisemblance.

    d) donnent un rôle essentiel aux accessoires. ( théâtre de l'absurde)

    e) mettent en scène des personnages dérisoires qui s'affrontent à l'absurdité de la condition humaine. (théâtre de l'absurde)

         15.  La nature occupe une place particulière en tant que :

    a) miroir de l'âme

    b) lieu de communion entre Dieu et les hommes

    c) confidente

    d) image de la passion et de l'infini

      16. Le rejet d'une société réactionnaire (retour de la monarchie avec la Restauration, échec de la révolution de 1830 sous Louis-Philippe) conduit les auteurs romantiques à chercher des solutions ou une échappatoire dans :

    a)  le vin et les drogues (certains poètes symbolistes)

    b) l'exotisme

    c) l'engagement politique 

    d) une littérature d'idée et de contestation (Les Lumières)

    e) un univers fantastique, macabre ; l'occultisme ou l'onirisme

            17.  Les principaux auteurs romantiques sont :

    a) Ronsard

    b) Flaubert

    c) Victor Hugo

    d) Lamartine

    e) Rousseau : pré-romantique

    f) Musset

    g) Stendhal

    h) Chateaubriand

    i) Vigny

           18. Le héros romantique est avant tout:

    a) un personnage tourmenté par une angoisse existentielle découlant de l'écart entre la réalité et l'idéal

    b) un personnage en quête d'idéal, d'absolu

    c) un personnage passionné, incompris, amoureux, épris de justice et de liberté

    d) un héros ambitieux à la conquête du monde:  héros réaliste

    e) un personnage  habité par ses instincts et dominé par ses pulsions : héros d’œuvres naturalistes

    f) un personnage banal, confronté aux turpitudes d'une existence médiocre et soumis au poids de la société : anti-héros réaliste

    g) un marginal, un exclu de la société

           19. L'écriture romantique se caractérise par :

    a) un registre lyrique propre à traduire les émotions et les élans de l'âme

    b) une écriture sobre, claire, concise :classicisme

    c) de nombreuses figures d'insistance et des formes exclamatives qui permettent d'exprimer l'intensité du sentiment amoureux ou la profondeur du désarroi et de la mélancolie

    d) le recours au vers libre accompagné d'une recherche sur la musicalité : symbolisme

    e) le culte du beau inutile, de l'Art pour l'Art : Le Parnasse

     

     


    3 commentaires
  •  Exercice 4 : Les Lumières

    (Exercice 1 : chronologie des mouvements littéraires

    Exercice 2 : les auteurs

    Exercice 3 : Baroque et Classicisme)

    Les Lumières désignent un vaste mouvement européen du XVIIIe siècle, caractérisé par un bouleversement profond dans la manière de penser, d'appréhender l'homme et le monde.

    Après avoir regardé les vidéos dans la rubrique  Les Lumières et relu les notes prises sur l'exposé fait en classe, répondez aux questions suivantes :

    1. Quel gouvernement succède au règne de Louis XIV ?
    2. Quels changements s'opèrent dans la société? (régime politique, société, lettres)
    3. En quoi les sciences connaissent-elles un nouvel essor?
    4. Quels combats les philosophes des Lumières mènent-ils?
    5. Quelles sont les armes de la littérature?
    6. Par conséquent, que signifie exactement le mot "Lumières" ?

     

    Correction

     

    1. Quel gouvernement succède au règne de Louis XIV ?

    • La régence : A la mort du Roi Soleil, en 1715, la France est ruinée par la longue guerre de succession d'Espagne (1701-1714- Cette guerre donnera le trône d'Espagne au premier Bourbon). Louis XV est trop jeune pour régner ; Philippe d'Orléans, neveu de Louis XIV, assure la régence après avoir fait casser le testament de son oncle, qui limitait ses pouvoirs.

    2. Quels changements s'opèrent dans la société? (régime politique, société, lettres)

    • Le Régime : Le régent relance l'économie et crée de nouvelles alliances avec l'Angleterre et les Pays Bas. Il s'installe au Palais- Royal qui, de 1715 à 1723, devient le centre de la vie politique mais aussi un lieu de libertinage outrancier. Philippe d'Orléans mène une vie de débauche, n'étant plus soumis à l'autorité de Louis XIV qui limitait ses excès. Il organise de "petits soupers" qui tournent à l'orgie, et devient la cible de chansons populaires et satiriques. Ce courant libertin s'illustrera en littérature par des romans comme Les Liaisons dangereuses, de Laclos, Les Égarements du Cœur et de l'Esprit, de Crébillon fils et, postérieurement, les ouvrages du marquis de Sade. 
    • La quête du plaisir : la noblesse, libérée de la tutelle austère de l'ancien roi et de Madame de Maintenon , épouse secrète de Louis XIV, se livre à la conquête du plaisir ; les fêtes se multiplient à Versailles et à Paris, à l'Opéra ou dans des théâtres privés.
    • L'ascension de la bourgeoisie : la bourgeoisie s'enrichit grâce au commerce et détient un fort pouvoir économique; les manufactures se multiplient, même si l'artisanat demeure encore dominant dans le pays. Cette classe sociale ne tardera pas à revendiquer davantage de pouvoir politique.
    • La vie sociale : Paris voit apparaître de nombreux lieux de rencontre : salons littéraires, académies scientifiques, cafés comme le célèbre Café Procope, ainsi que des clubs sur le modèle anglais. On y débat des idées nouvelles, on commente l'actualité, c'est là que se préparent les mutations profondes qui vont transformer la société française à la fin du siècle. Au Palais-Royal naîtra le premier souffle de la Révolution Française à travers les discours polémiques des orateurs.

    3. En quoi les sciences connaissent-elles un nouvel essor?

    • De nombreuses expéditions : partout en Europe, cette effervescence intellectuelle est favorisée par de nombreuses expéditions  telles celles de Cook, de Bougainville ou de La Pérouse, qui élargissent l'horizon et les connaissances.
    • De multiples avancées scientifiques permettent de croire au progrès : un nouvel esprit se développe rapidement, basé sur la raison, la logique, l'esprit critique. On organise des expériences publiques qui attirent une foule passionnée. En 1705, l'invention de la première machine à vapeur déclenche le début de la révolution industrielle. Influencées par les travaux de Newton, de Leibniz, de Lavoisier, c'est le triomphe des mathématiques, de l'astronomie, de la chimie (découvertes sur le gaz et invention de l'aérostat par Lavoisier).

    4. Quels combats les philosophes des Lumières mènent-ils?

    • Philosophe : étymologiquement, le philosophe est celui  "qui aime la sagesse". Héritier de l'honnête homme classique qui cultivait déjà la raison, le philosophe des Lumières incarne cet esprit nouveau , un esprit critique qui revendique le libre-arbitre et condamne les préjugés et les superstitions. Il se donne pour objectif de changer la société et de conduire l'Homme vers les "lumières", c'est-à-dire la connaissance, par le biais de la raison. Le philosophe est aussi un homme d'engagement , qui paie  parfois de sa liberté ses prises de position, comme Voltaire ou Diderot.
    • Liberté : les philosophes s'opposent à toutes les formes d'oppression (censure, esclavage, religion imposée...). Ils prônent la tolérance. La plupart d'entre eux s'opposent aux pratiques religieuses, source d'intolérance, de conflits et de guerres, notamment entre catholiques et protestants. Certains sont athées, comme Diderot ou d'Holbach, qui se réclament du matérialisme. D'autres, comme Voltaire, sont déistes.
    • Progrès et bonheur : les philosophes croient au bonheur individuel et collectif. Pour eux, le bonheur ne doit pas être exclusivement lié à "l'au-delà". Le système de privilèges basé sur l'exploitation du tiers-état et qui se maintient au détriment de la bourgeoisie est contesté. 
    • Système social et politique : Alors que la bourgeoisie acquiert la puissance financière, l'aristocratie française ( contrairement à la noblesse anglaise) ne veut pas déchoir en travaillant mais prétend conserver ses privilèges, bien qu'elle ne soit d'aucune utilité pour la pays. Ce paradoxe est contesté par les philosophes. Ceux-ci dénoncent  également le régime de la monarchie absolue. Diderot, dans son article "autorité politique" de L'Encyclopédie, s'en prend à la tyrannie d'un tel pouvoir, Montesquieu, dans L'Esprit des Lois, réclame la séparation des trois pouvoirs : législatif, exécutif et judiciaire. Cependant, il ne faut pas croire que les philosophes soient révolutionnaires, même si leurs idées ont contribué au surgissement des événements de 1789. Excepté Rousseau qui propose l'instauration d'un régime républicain, la plupart des philosophes sont pour une monarchie parlementaire sur le modèle anglais.

    5. Quelles sont les armes de la littérature?

    • Vulgarisation des connaissances : dialogues et contes philosophiques, où le point de vue de l'étranger permet de relativiser l'importance des croyances et mœurs occidentales.
    • Théâtre : public nombreux qui applaudit les pièces de Marivaux et de Beaumarchais. Danton déclare : "Figaro a tué la noblesse".
    • La correspondance de Grimm :  Les intellectuels des différents pays d'Europe se connaissent et correspondent entre eux, notamment par l'intermédiaire de Voltaire surnommé "l'aubergiste de l'Europe". La Correspondance Littéraire de Grimm, publiée de 1747 à 1793, jouera un rôle non négligeable dans la diffusion des idées. Il s'agit d'une correspondance  manuscrite et très confidentielle, destinée à une élite (une quinzaine d'abonnés, dont la plupart sont de puissants monarques tels que les rois de Pologne et de Prusse, la tsarine Catherine II de Russie,  ou des princes héritiers ). Si elle n'atteint pas un large public, son fonctionnement même lui permet d'éviter la censure.
    • L'Encyclopédie : elle déjoue également la censure ; en effet, cet ouvrage ne se contente pas de mettre à la portée d'un plus grand nombre les connaissances humaines : ses articles sont le plus souvent polémiques et s'attaquent à bien des formes du pouvoir, tout en défendant l'idéal des Lumières. 

    6. Par conséquent, que signifie exactement le mot "Lumières" ?

    • Au figuré, les "Lumières"désignent les connaissances, le savoir qui éclaire l'homme sur la voie de la raison. Grâce à elles, l'homme peut penser par lui-même.

    votre commentaire
  • Exercice 3:

    Baroque et Classique

    Accueil   Accueil

    Après avoir regardé les vidéos sur le courant baroque et le classicisme, attribuez à chacun de ces courants les caractéristiques qui lui appartiennent :

    1. Sa définition dans le langage courant serait "conforme au bon goût, aux règles et aux usages établis."
    2. A pour base le respect et l'imitation des Anciens. Se réfère d'ailleurs à La Poétiqued'Aristote pour imposer des règles en littérature.
    3. Ne comporte aucune doctrine. Son nom lui a été attribué a posteriori.
    4. Il se développe sous le long règne de Louis XIV, époque que l'on désigne comme "Le grand siècle".
    5. Il a pour thèmes principaux en Littérature, et notamment au théâtre, l'instabilité, le mouvement, le changement. Il correspond en effet à une période de troubles, et apparaît juste après les guerres de  religion. On retrouve également les motifs de l'eau, de la fumée, du miroir.
    6. Son étymologie vient d'un mot portugais qui désigne une perle de forme irrégulière.
    7. Dans le langage courant, signifie bizarre, excentrique.
    8. C'est une période de mécénat propice au développement des arts. Le roi et les grands seigneurs protègent et versent des pensions aux auteurs et aux artistes.
    9. La tragi-comédie et la comédie-ballet sont représentatives de ce courant.
    10. En peinture, on représente des scènes dramatiques, en privilégiant les couleurs vives et les contrastes. En littérature, c'est le triomphe des romans-fleuves aux intrigues compliquées, aux personnages multiples et au langage précieux.
    11. Ce mouvement correspond au règne de la raison, de l'ordre, de la mesure, de l'harmonie et de l'équilibre. Simplicité et naturel dans le style.
    12. En architecture, on privilégie les courbes, l'exubérance, l'ornementation surchargée.
    13. L'art doit avoir une utilité morale. Il s'agit de plaire et instruire à la fois. De ce fait, de nombreux moralistes dominent la littérature de ce siècle : La Fontaine et ses Fables, La Rochefoucauld et ses Maximes, Pascal et ses Pensées, La Bruyère et ses Caractères, portraits sans concessions de ses contemporains, sous la forme de personnages-types.
    14. Dans l'affrontement raison/passion, la raison doit l'emporter.

     

    Correction

     

    Accueil   Accueil

    Après avoir regardé les vidéos sur le courant baroque et le classicisme, attribuez à chacun de ces courants les caractéristiques qui lui appartiennent :

    1. Sa définition dans le langage courant serait "conforme au bon goût, aux règles et aux usages établis." classique
    2. A pour base le respect et l'imitation des Anciens. Se réfère d'ailleurs à La Poétique d'Aristote pour imposer des règles en littérature. classique
    3. Ne comporte aucune doctrine. Son nom lui a été attribué a posteriori. baroque
    4. Il se développe sous le long règne de Louis XIV, époque que l'on désigne comme "Le grand siècle". classique
    5. Il a pour thèmes principaux en Littérature, et notamment au théâtre, l'instabilité, le mouvement, le changement. Il correspond en effet à une période de troubles, et apparaît juste après les guerres de  religion. On retrouve également les motifs de l'eau, de la fumée, du miroir. baroque
    6. Son étymologie vient d'un mot portugais qui désigne une perle de forme irrégulière. baroque
    7. Dans le langage courant, signifie bizarre, excentriquebaroque
    8. C'est une période de mécénat propice au développement des arts. Le roi et les grands seigneurs protègent et versent des pensions aux auteurs et aux artistes. classique
    9. La tragi-comédie et la comédie-ballet sont représentatives de ce courant. baroque
    10. En peinture, on représente des scènes dramatiques, en privilégiant les couleurs vives et les contrastes. En littérature, c'est le triomphe des romans-fleuves aux intrigues compliquées, aux personnages multiples et au langage précieux. baroque
    11. Ce mouvement correspond au règne de la raison, de l'ordre, de la mesure, de l'harmonie et de l'équilibre. Simplicité et naturel dans le style. classique
    12. En architecture, on privilégie les courbes, l'exubérance, l'ornementation surchargée. baroque
    13. L'art doit avoir une utilité morale. Il s'agit de plaire et instruire à la fois. De ce fait, de nombreux moralistes dominent la littérature de ce siècle : La Fontaine et ses Fables, La Rochefoucauld et ses Maximes, Pascal et ses Pensées, La Bruyère et sesCaractères, portraits sans concessions de ses contemporains, sous la forme de personnages-types. classique
    14. Dans l'affrontement raison/passion, la raison doit l'emporter. classique

     

     

     


    votre commentaire
  • Exercice 2 :

    Pouvez-vous identifier ces auteurs?

    1. Quel est leur nom? Appartiennent-ils à un mouvement?
    2. Connaissez-vous quelques données biographiques les concernant?
    3. Quelles sont leurs œuvres principales?
    4. Sont-ils à l'origine d'un genre particulier?
    5. A travers leurs œuvres, quelles valeurs ou quels principes défendent-ils?

    Accueil

    Accueil

    Accueil

    Accueil

     

     

     

     

     

     

                           1                              2                                            3                                 4

     

    Accueil

    Accueil

    Accueil

     Accueil

     



     

     

     

                         5                                           6                                                7                                                 8

     

    Accueil

         AccueilAccueil

     

     



     

     

                                     9                                                          10                                        11

     

    Accueil

    Accueil

    Accueil

                              Accueil       

     

     

     

     

     

     

                    12                                         13                                     14                                                 15

     

    Correction 

     

    Accueil

    Accueil

    Accueil

    Accueil

     

     

     

     

     

     

                           1                              2                                            3                                 4

    1. Voltaire- Les Lumières- A l'origine du Conte philosophique. Contre le fanatisme religieux, la guerre, l'esclavagisme. Pour le progrès. Auteur de Candide, Zadig,  L'Ingénu, Micromégas, (contes philosophiques)Traité sur la Tolérance.

    2. Victor Hugo- Chef de file du Romantisme- A l'origine du drame romantique- Contre la séparation des genres et les règles au théâtre. Romancier, poète, dramaturge, député à l'Assemblée Nationale. Contre la misère, la peine de mort. Pour la République, pour des lois protégeant le peuple. Auteur de Notre-Dame de Paris, Les Misérables (romans). Les Contemplations, Les Châtiments (contre Napoléon III) (recueils de poésies). Ruy Blas, Hernani ( pièces de théâtre.)

    3. Rousseau - Pré-romantique + écrivain et philosophe des Lumières. A l'origine de l'autobiographie en France, avec Les Confessions. S'oppose à Voltaire dans le débat "Nature contre Culture". Il affirme que le progrès et l'apparition de la propriété ont été source d'inégalité et de corruption. On lui doit l'image du "bon sauvage". Auteur du roman épistolaire La Nouvelle Héloïse, et des essais Discours sur les sciences et les arts ; Discours sur l'origine de l'inégalité.

    4. Beaumarchais - Dramaturge à la vie très aventureuse, auteur de la célèbre trilogie : Le Barbier de Séville, Le Mariage de Figaro, La Mère Coupable. Il dénonce dans Le Mariage les privilèges de la noblesse et la censure. Il revendique la valeur et le droit à la considération non par la naissance mais par les talents et les actes. Cette pièce subversive connaît un immense succès dès la première représentation, mais vaudra à son auteur un séjour à la Bastille.

    Accueil

    Accueil

    Accueil

     Accueil

     



     

     

     

                         5                                           6                                                7                                                 8

    5. La Fontaine - auteur classique. Il remet au goût du jour le genre littéraire des fables. Il est moins connu pour ses contes en vers, plutôt libertins. Respecte la devise classique : plaire et instruire. Ami du surintendant Fouquet, il le soutiendra dans sa disgrâce malgré les risques encourus. Dans ses fables, il dénonce aussi bien le monde de la cour que les travers humains.

    6. Diderot- Philosophe des Lumières, surtout connu comme maître d'oeuvre de L'Encyclopédie  (il en est également à l'origine, avec son ami d'Alembert, célèbre mathématicien) ; auteur protéiforme, comme Victor Hugo : romancier : La Religieuse, Jacques le Fataliste- dramaturge : il développe un nouveau genre théâtral : le drame bourgeois. Essayiste, il défend le progrès et la liberté de pensée. De déiste, il devient matérialiste et athée. Le Fils Naturel; Le Supplément au Voyage de Bougainville.

    7. Corneille- dramaturge, auteur de tragi-comédies comme Le Cid ou L'Illusion Comique, et de tragédies classiques comme Horace, Cinna, Tite et Bérénice. Il fut le rival malheureux de Racine.

    8. Balzac- Un "monument" de la littérature française. A écrit plus de cent romans dont la quasi totalité compose La Comédie Humaine. Il prétend faire concurrence à l'état civil et représenter tous les milieux, toutes les couches sociales. Considéré comme le maître du réalisme, bien que certains de ses romans soient imprégnés de romantisme. Il écrit aussi bien des romans historiques, comme Les Chouans, que philosophiques, comme La Peau de Chagrin, ou réalistes comme Eugénie Grandet ou Le Père Goriot. Il invente comme "technique romanesque" le retour du personnage d'un roman à l'autre.

    Accueil

         AccueilAccueil

     

     



     

     

                                     9                                                          10                                        11

    9. Camus- romancier : L'Etranger, La Peste, dramaturge : Caligula, Les Justes, essayiste : Le mythe de Sisyphe, L'Homme révolté. Prix Nobel de Littérature en 1957. Il développe la notion d'absurdité de la vie et la seule réponse possible de l'être humain, "la révolte", pour sortir l'homme de sa solitude et du néant. Il se prononce également plusieurs fois, dans des écrits différents, contre la peine de mort.

    10. Zola- Chef de file du Naturalisme. Auteur du cycle des Rougon-Macquart, fresque familiale composée de vingt romans qui racontent "l'Histoire naturelle est sociale d'une famille sous le Second Empire". Il assigne au roman une fonction scientifique : prouver l'influence de l'hérédité et du milieu social sur le comportement humain. Lors de l'affaire Dreyfus, il prend parti pour l'officier juif accusé de trahison : il publie dans L'Aurore son célèbre article "J'accuse".

    11 Montaigne- Auteur humaniste du XVIe siècle. Il est à l'origine du genre littéraire des Essais. Homme érudit et profondément juste, il prône le respect de l'autre, la diversité culturelle, l'apprentissage par l'expérience. Il condamne l'intolérance et le dogmatisme.

    Accueil

    Accueil

    Accueil

                              Accueil       

     

     

     

     

     

     

                    12                                         13                                     14                                                 15

    12. Molière- dramaturge classique. Il a inventé la grande comédie, donnant à ce genre ses lettres de noblesses. Auteur, metteur en scène, comédien, il est sans doute l'un des écrivains français  les plus connus en France et à l'Etranger. Il écrit aussi bien des comédies de caractère que de de mœurs. Il sera le protégé de Louis XIV, ce qui ne l'empêchera pas de voir ses œuvres plusieurs fois censurées et interdites de représentation. Ses adversaires les plus fervents seront l'Eglise et en particulier la Compagnie du Saint Sacrement. Il est l'auteur de Dom Juan, TartuffeL'Ecole des Femmes, et de comédies plus légères telles que Le Médecin malgré lui ou L'Avare

    13. Joachim du Bellay- poète humaniste. Il a participé activement au renouveau de la langue et de la poésie française, avec son recueil Les Regrets, et son manifeste : Défense et Illustration de La Langue Française.

    14. Racine- Dramaturge classique. Élevé par les jansénistes mais passionnément amoureux du théâtre. Membre de l'Académie Française. Auteur des plus belles tragédies françaises écrites dans les "règles de l'Art" telles qu'on l'exigeait au XVIIe siècle (et bien qu'il dût affronter des critiques des "puristes" en ce sens). Auteur de Phèdre, Andromaque, Britannicus, Iphigénie, tragédies inspirées de la mythologie ou de l'Histoire Romaine.

     

    15. Marivaux : dramaturge du XVIIIe siècle . Il écrit des comédies sociales ( mais non subversives), comme L'Ile des Esclaves ou La Colonie. Il est à l'origine du "marivaudage", langage élégant, spirituel, qui traduit l’ambiguïté du sentiment amoureux, comme dans Les Fausses Confidences ou Le jeu de l'amour et du hasard.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique