•  

    Courte Biographie

    Paul verlaine ( 1844-1896)

                                                                                   Prince des poètes, poète maudit

    "De la musique avant toute chose..."

     

    I- Sa vie.

    Une jeunesse tourmentée et une vie de bohème :

    - Paul Verlaine : poète français du XIXe siècle (1844- 1896 )

    - Naissance à Metz, dans un milieu bourgeois aisé, fils unique d’un couple assez âgé.

    - Il a sept ans quand sa famille s'installe à Paris. Il vit une adolescence  agitée et n'obtient son baccalauréat que de justesse.

    - en 1862, après avoir été reçu bachelier ès-lettres, il s'inscrit à la faculté de droit. Néanmoins, il occupe davantage son temps à fréquenter, au quartier latin, le milieu littéraire et artistique de la capitale qu'à étudier . Déjà passionné de poésie, il publie dans des revues ses premiers poèmes. Préoccupés par cette vie de bohème, ses parents le contraignent à accepter un emploi d'expéditionnaire à la mairie de Paris (emploi qu'il perdra après sa participation à la commune de Paris).

    -   À 19 ans, il s’éprend passionnément d’Elisa, une nièce orpheline que ses parents ont adoptée et qui s’est toujours considérée comme sa sœur aînée. Elle repousse cet amour impulsif mais, en 1866, elle finance la publication de son premier recueil, Poèmes saturniens.  ( Verlaine lui-même se considérait comme "saturnien", subissant l'influence maligne de la planète). Quand, quelques mois plus tard, elle décède, Verlaine fait sa première expérience de l’alcool où il va noyer son chagrin. En 1869, il publie Fêtes galantes.

    - En 1870, il épouse Mathilde Mauté, avec laquelle il mènera une vie plus tranquille et ordonnée. Elle lui donne un fils, Georges. Pour la jeune fille de 16 ans qu'il a rencontrée deux ans auparavant, il rédige des poèmes d'amour publiés en 1870 dans La Bonne Chanson.

     

    Courte Biographie

     Courte Biographie

              Paul Verlaine                                                Mathilde Mauté

     

    - En 1871, il soutient la commune de Paris et doit se cacher pendant la violente répression qui fait suite à l'émeute. Il fait la rencontre sans doute la plus déterminante de sa vie, celle d’un jeune poète révolté de dix-sept ans, Arthur Rimbaud, qu’il accueille en sa demeure malgré l’opposition de sa femme. Il commet des violences sur son épouse qui se réfugie à Périgueux avec son fils en janvier 1862.

     

     

    Courte Biographie 

    Un coin de table, par Fantin-Latour

     

    Courte Biographie

     

    - Les deux poètes qui partagent une admiration réciproque,  vivent une passion orageuse et partent ensemble en Belgique puis en Angleterre, alors que Mathilde, après avoir tenté vainement de raisonner son époux,  entame une procédure de divorce. C’est à cette époque, dans un contexte hasardeux et tourmenté, que Verlaine commence à rédiger les poèmes du recueil Romances sans paroles, qui sera publié en 1874. La relation entre les deux amants est intense et conflictuelle : Verlaine surnomme Rimbaud "son époux infernal"; le 10 juillet 1873, alors qu'il est sous les effets de l'ivresse, Verlaine tire sur Rimbaud qui est superficiellement blessé au poignet. Verlaine est condamné à deux ans de prison. Il est interné à Mons, où il se convertit à  la religion catholique de son enfance, et se réfugie dans l'écriture.  La plupart des poèmes de son recueil Sagesse, écrits en captivité,  témoignent de ce séjour éprouvant derrière les barreaux.

    Courte Biographie

                                                                        Verlaine et Rimbaud dans une rue de Londres

    Dessin de Félix Regamey

     

    La lente déchéance :

    - La vie sentimentale de Verlaine demeure compliquée : après sa sortie de prison, il tente de reconquérir sa femme qui le repousse à nouveau. Rimbaud a quitté la France pour d’autres aventures après avoir abandonné à jamais la poésie : Verlaine ne le verra qu’une seule fois à Stuttgart, en 1875. Leur relation est bien terminée. Il enseigne en Angleterre et en France. En 1877, il est professeur dans un collège catholique : Il s’attache à l’un de ses élèves. Trois ans plus tard,  il tente de vivre avec lui une existence calme et laborieuse dans une ferme des Ardennes que la mère de Verlaine lui a achetée avec ses dernières économies. Mais le jeune homme meurt de la fièvre typhoïde en 1883. Une nouvelle fois, c’est dans l’alcool que Verlaine tente d’oublier son immense chagrin. C’est le début d’une longue descente aux enfers.

    - Verlaine connaît de grandes difficultés financières malgré le succès de ses deux derniers recueils, Jadis et Naguère, en 1884, et Parallèlement, en 1889. Il souffre également de troubles physiques et psychiques dus à son alcoolisme.

    - En 1885, il est incarcéré trois mois pour violences envers sa mère. Il entame plusieurs liaisons amoureuses avec des femmes et donne des conférences en Belgique puis à Londres. Ses amis , Barrès, Coppée, Mirbeau, Léon Daudet et quelques admirateurs lui apportent des secours financiers. Il publie quelques ouvrages.

     

    - Après plusieurs séjours à l'hôpital, il meurt à 51 ans, le 8 janvier 1896. C'est une foule nombreuse, de plusieurs milliers de personnes, qui accompagne jusqu'au cimetière des Batignolles, dans le 17ème arrondissement de Paris, celui qui est décédé dans la solitude et le dénuement le plus complet.

    Lepelletier, Mallarmé, Mendès, Coppée, entre autres, lui rendent hommage.

     

    Courte Biographie

     

     

    II- La singularité de son oeuvre.

    Une voix personnelle et originale : 

    -  Surnommé par la jeune génération de poètes qui lui succèdera "Le Prince des poètes", Verlaine apporte à la poésie française une voix nouvelle et singulière, pleine de mélancolie et de douceur, mais qui bouleversera le lyrisme romantique. Pour lui, la musicalité du vers prime sur toute autre chose : Il invente l’usage du vers impair, « plus léger et soluble dans l’air », et disloque l’alexandrin par des coupes et des enjambements surprenants, créant un rythme nouveau qui met en valeur les émotions exprimées. Avec une profonde sensibilité, il parvient à combiner différents arts, comme la peinture et la musique, pour créer un langage nouveau.  Les tableaux de Watteau sont à l’origine des poèmes nostalgiques de Fêtes Galantes; dans son premier recueil, Poèmes Saturniens, la deuxième section s'intitule " Eaux -fortes".

     

    La musicalité du vers et la mélancolie des sujets:

    Si Poèmes saturniens,  ouvrage d'un poète encore débutant et "naïf" selon les termes de l'auteur, est souvent le reflet très "scolaire" des théories du Parnasse (une certaine froideur, impassibilité, un vocabulaire très recherché, des images hermétiques), le naturel de Verlaine affleure déjà dans la mélodie particulière.  Dans la Critique des Poèmes saturniens, Verlaine analyse avec lucidité son oeuvre de jeunesse : "Mon oeuvre de début, dans toute sa naïveté parfois écolière, [porte déjà], je crois, quelque chose par-ci par là du définitif écrivain qu'il se peut que je sois devenu de nos jours". Ce quelque chose, il en a conscience, repose sur la nouveauté dans la construction du vers et du rythme, "l'un peu déjà libre versification- enjambements et rejets dépendant plus généralement des deux césures avoisinantes, fréquentes allitérations, quelque chose comme de l'assonance souvent dans le corps du vers, rimes plutôt rares que riches".

    Dans une conférence donnée à Anvers en 1893, il  juge ainsi son premier recueil :"L'homme, qui était sous le jeune homme un peu pédant que j'étais alors, jetait parfois ou plutôt soulevait le masqe et s'exprimait en plusieurs petits poèmes tendrement. Ces vers témoignaient dès lors d'une certaine pente à une mélancolie tour à tour sensuelle et rêveusement mystique".

     

    Le poète maudit:

    On doit cette expression à Verlaine lui-même : En 1884, il publie  Les Poètes Maudits, un essai à la fois biographique et critique, où il présente six poètes à qui il rend hommage : Tristan Corbières, Arthur Rimbaud, Stéphane Mallarmé, Marceline Desbordes-Valmore (immense poétesse mal connue mais qu'il révèle au public), Villiers de l'Isle-Adam et enfin Pauvre Lelian , anagramme de Paul Verlaine.

    Si Verlaine est le premier à désigner par cet adjectif des poètes appartenant en majeure partie au Parnasse décadent, le concept est présent tout au long du XIXe siècle, particulièrement chez les romantiques et jusqu'au symbolistes. Il fait référence en général à un poète marginal, soumis à des expériences extrêmes ( drogue, alcool, vie licencieuse) et dont le talent voire le génie est souvent méconnu ou incompris. On peut ainsi l'appliquer à Baudelaire mais aussi Nerval et bien d'autres encore.

     

    Courte Biographie

     

     

                                                                                                                                             Picasso : Les Toits bleus(1901)                           Poème rédigé en prison:                                                   

                 Le ciel est, par-dessus…Courte Biographie

                                                                         

    Le ciel est, par-dessus le toit                                                        
    Si bleu, si calme !
    Un arbre, par-dessus le toit,
    Berce sa palme.

    La cloche, dans le ciel qu’on voit,                                              
    Doucement tinte.                           
    Un oiseau sur l’arbre qu’on voit
    Chante sa plainte. 

    Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là,
    Simple et tranquille.
    Cette paisible rumeur-là
    Vient de la ville.

    – Qu’as-tu fait, ô toi que voilà
    Pleurant sans cesse,
    Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà,
    De ta jeunesse ?

    Paul Verlaine, Sagesse (1881)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique