•  

    Manon Lescaut- L'Auteur

     

    Une vie "romanesque" pleine de rebondissements, et qui n'a rien à envier à celle de ses personnages.

     

       La biographie de Prévost est souvent mise en parallèle avec la vie de son personnage, le chevalier Des Grieux. En effet, elles présentent certaines similitudes. A vous de les trouver :

    1. Histoire de l'Abbé Prévost en quelques événements marquants :

    1. son nom :
    2. son pseudonyme :
    3. date et lieu de naissance :
    4. études :
    5.  événements malheureux qui le poussent à quitter le collège et à s'engager dans l'armée durant un an:
    6. lieu de son noviciat  (temps d'initiation à la vie religieuse) :
    7. guerre qui le voit s'engager à nouveau dans l'armée :
    8. pays où il fuit après sa désertion :
    9. année où il prononce ses vœux : 
    10. ville où il s'installe après avoir abandonné le couvent :
    11. titre  de son premier roman : 
    12. date à laquelle il est ordonné prêtre :
    13. 1728 : motif du mandat d'arrêt qui l'oblige à fuir en Angleterre, où il acquiert une grande connaissance de l'anglais :
    14. 1729 : raison probable qui le contraint à s'enfuir une nouvelle fois pour la hollande :
    15. nom de la jeune aventurière avec qui il entretient une liaison :
    16. 1731 : parution de plusieurs livres :
    17. couvert de dettes, il s'exile en Angleterre. Motif pour lequel il risque la peine de mort :
    18. date à laquelle Manon Lescaut est condamné au feu :
    19. auprès de qui assure-t-il  la fonction d'aumônier (prêtre attaché à un corps de métier ou à une personne de haut rang :
    20. criblé de dettes, menacé de la Bastille, il reprend le chemin de l'exil ; à Londres, il fonde un journal littéraire. Quel en est le titre ?
    21. Il revient en France en 1746. A quelle date publie-t-il une nouvelle édition de Manon Lescaut ?
    22. Prévost meurt d'une attaque d'apoplexie (perte de connaissance brutale ; seules demeurent les fonctions végétatives). Date et lieu de sa mort :

    2. Quels rapprochements peut-on effectuer entre Prévost et Des Grieux ?

     

    Manon Lescaut- L'Auteur

     


    votre commentaire
  •  

    Avez-vous bien lu ?

      

    Lire un roman, c'est une chose. 

    N'avoir lien laissé échapper, c'en est une autre.

    L'avoir mémorisé, c'en est encore une autre.

    Petit test ( prélude à un contrôle de lecture? Entraînement précoce à l'oral de français?) :

    1. Combien y a-t-il de narrateurs dans Manon Lescaut ?
    2. Qui sont-ils ?
    3. A quelle occasion le narrateur de l'incipit rencontre-t-il le chevalier Des Grieux pour la première fois ?
    4. Lorsque  commence le récit, où les deux jeunes amants se trouvent-ils?
    5. Où le jeune chevalier fait-il la connaissance de Manon ? Quel âge ont-ils ?
    6. Qui est Tiberge ?
    7. Qui fait enlever et enfermer Des Grieux ?
    8. A quel moment Des Grieux prend-il conscience que Manon le trompe ?
    9. Que fait Des Grieux à Saint-Sulpice ?
    10. Dans quelles circonstances retrouve-t-il sa maîtresse ?
    11. A qui Manon et Des Grieux volent-ils de l'argent et des bijoux?
    12. Après leur arrestation, où les deux jeunes gens sont-ils enfermés?
    13. Comment Des Grieux quitte-t-il sa prison  ?
    14. Grâce à qui Des Grieux retrouve-t-il Manon une seconde fois ?
    15. Qui est le prince italien ?
    16. Quelle scène de comédie Manon et Des Grieux vont-ils jouer chez le fils G...M...
    17. Qui fait arrêter à nouveau les deux amants ?
    18. Comment le jeune homme obtient-il sa libération ?
    19. A qui Des Grieux emprunte-t-il de l'argent?
    20. Pourquoi la tentative de libérer Manon échoue-t-elle ?
    21. Dans quel pays  Manon est-elle déportée ?
    22. Où les deux amants vivent-ils une fois arrivés à destination ?
    23. Qui se pose en rival de Des Grieux et veut épouser Manon ?
    24. Après le duel, où les deux jeunes gens s'enfuient-ils ?
    25. Comment Manon meurt-elle ?
    26. Que devient Des Grieux ?
    27. Combien de temps s'est-il écoulé entre la mort de Manon et le récit de Des Grieux à Renoncour ?

     

     

    Avez-vous bien lu ?


    votre commentaire
  •                                                                                              

    Présentation de l'Oeuvre

     

    Les âmes sensibles ont plus d'existence que les autres : les biens et les maux se multiplient à leur égard. [...]

    La sensibilité est la mère de l'humanité, de la générosité ; elle sert le mérite, secourt l'esprit et entraîne la persuasion à sa suite. 

                                                                                           Louis de Jaucourt- Article "Sensibilité" de l'Encyclopédie

       Manon Lescaut est l'un des romans les plus représentatifs du XVIIIe siècle. Il en exprime les préoccupations essentielles : la recherche du bonheur, la question du libertinage et de la liberté individuelle, l'opposition entre nature et culture. Il met l'accent également sur une caractéristique des Lumières bien souvent ignorée au profit du règne de la raison : l'éloge de la sensibilité ( tendance qui conduira au pré-romantisme à la fin du siècle). Par ailleurs, cette oeuvre  se situe à la croisée du roman classique ( XVIIe siècle) et de l'apogée du genre romanesque au XIXe siècle. Il en marque ainsi l'évolution, s'attachant à devenir plus réaliste, plus ancré dans la société de son temps, et soucieux de prêter à l'histoire un semblant de vérité et de moralité.

    XVIIe siècle : Le roman est un genre méprisé :

       Au XVIIe siècle, le roman n'a pas encore conquis ses lettres de noblesse. Face au théâtre qui demeure le genre prédominant et à la tragédie en particulier, qui apparaît comme le genre noble par excellence, il est considéré  comme une forme littéraire mineure. Les productions qui dominent à cette époque sont les romans pastoraux et les romans précieux. Les premiers présentent une image totalement idéalisée de l'amour, autour de bergers qui évoluent dans un cadre bucolique. Les seconds sont de véritables romans-fleuves : ils proposent une fiction antique où l'on transpose la vie au XVIIe. Ce sont des romans à clefs, galants, qui font le portrait de personnes réelles sous des pseudonymes.

     

     

    Présentation de l'Oeuvre                                       Présentation de l'Oeuvre                              Présentation de l'Oeuvre
                   

                       

           Le roman est alors un genre méprisé. Les dévots le disent "amoral" et le qualifient de "vermine de livres". On lui reproche son manque de sérieux, d'être le foyer d'erreurs ou approximations historiques. Il est par ailleurs qualifié d'invraisemblable : il contient des éléments par trop "romanesques", peu crédibles.

         La fin du XVIIe siècle voit naître cependant un nouveau type de récit : le roman d'analyse psychologique. Madame de La Fayette en est le précurseur. Avec La Princesse de Clèves, elle crée un personnage plus humain, tourmenté par des sentiments contradictoires dont le narrateur étudie les évolutions. La narration est sobre et brève, à l'opposé des romans précieux. Mademoiselle de Chartres, l'héroïne, reste néanmoins l'incarnation d'un idéal de mesure et de raison.

     

    Présentation de l'Oeuvre

     

     

    XVIIIe siècle : Le roman part à la conquête de sa légitimité  

        Il faut attendre le XVIIIe siècle pour que les romanciers inscrivent leurs personnages dans une réalité sociale contemporaine. Surtout, ils vont en diversifier les origines et l'on va voir apparaître au premier plan non plus seulement des nobles, rois et chevaliers, mais des bourgeois, des gens du peuple et des marginaux. Par ailleurs, les auteurs, afin d'apporter plus de crédibilité à leur histoire, vont adopter des stratagèmes divers visant à "authentifier" leur propos. Ils prétendent  par exemple n'être que les "transcripteurs" du récit effectué par une tierce personne ( Voir, par exemple,  les précisions apportées par Voltaire sous le titre de son ouvrage Candide ou l'Optimisme : " Traduit de l'allemand de M. le docteur Ralph, avec les additions qu'on a trouvées dans la poche du docteur, lorsqu'il mourut à Minden, l'an de de grâce 1759"). D'autres écrivains s'affichent comme les prétendus dépositaires d'une correspondance qu'ils se contenteraient de publier ("J'ai vu les mœurs de mon temps, et j'ai publié ces lettres."J.-J. Rousseau, préface de La Nouvelle  Héloïse. Laclos adopte le même procédé : Les Liaisons dangereuses, ou Lettres recueillies dans une Société, et publiées pour l'instruction de quelques autres. )

       Manon Lescaut ne déroge pas à la règle. L'Abbé Prévost lui confère une fonction  morale et une prétendue authenticité. Il s'agirait des mémoires  d'un homme de qualité, le marquis de Renoncour. L'histoire du Chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut en constitue le septième tome.  Selon l'auteur, ce roman serait un ouvrage édifiant visant à instruire le lecteur:

    "J'ai à peindre un jeune aveugle, qui refuse d'être heureux, pour se précipiter volontairement dans les dernières infortunes; qui, avec toutes les qualités dont se forme le plus brillant mérite, préfère par choix une vie obscure et vagabonde à tous les avantages de la fortune et de la nature ; qui prévoit ses malheurs, sans vouloir les éviter ; qui les sent et qui est accablé, sans profiter des remèdes qu'on lui offre sans cesse, et qui peuvent à tous moments les finir. (...) Les personnes de bon sens ne regarderont point un ouvrage de cette nature comme un travail inutile. Outre  le plaisir d'une lecture agréable, on y trouvera peu d'événements qui ne puissent servir à l'instruction des mœurs ; et c'est rendre, à mon avis, un service considérable au public que l'instruire en l'amusant".

    Présentation de l'Oeuvre

     

     

    Une condamnation immédiate et un succès durable :

        En 1723, à la période festive de la Régence succède le règne de Louis XV. Le parti jésuite y participe en force, prônant le retour de l'ordre moral.  A ce moment là, Prévost s'est enfui de son couvent et après s'être exilé en Angleterre, il vit en Hollande. C'est dans ce pays d'accueil qu'il fait publier Manon Lescaut en 1731. Ce court roman rencontrera aussitôt son public, charmé par cette histoire d'amour passionné. Mais publié en France en 1733 sans autorisation, il est saisi et condamné au feu. Pourtant, son succès ne tarit pas et vingt-six éditions se succèdent du vivant même de l'auteur. Certes, les personnages sont immoraux, mais on s'attache à ces deux jeunes gens qui s'aiment envers et contre tous. La société qui les entoure et les blâme apparaît non pas comme la voix de la sagesse, mais comme une entité répressive, dominée par l'argent, la corruption. Des Grieux est jeune homme touchant par sa sincérité, sa spontanéité, ses faiblesses aussi. Manon est un personnage lumineux, radieux, avec un immense appétit de vivre qui semble justifier- sinon excuser- tous ses écarts. C'est sans doute en cela que ce roman fut jugé comme "abominable", car la peinture des vices y semblait complaisante.

    Présentation de l'Oeuvre

     

    Critiques : 

    "J'ai lu ce 6 avril 1734 Manon Lescaut, roman composé par le P. Prévost. Je ne suis pas étonné que ce roman, dont le héros est un fripon et l'héroïne une catin qui est menée à la Salpétrière, plaise, parce que toutes les actions du héros, le chevalier Des Grieux, ont pour motif l'amour, qui est toujours un motif noble, quoique la conduite soit basse. Manon aime aussi, ce qui lui fait pardonner le reste de son caractère. "

                                                                                                               Montesquieu, Mes pensées, 1899.

    " Quelles larmes que celles qu'on verse à la lecture de ce délicieux ouvrage ! Comme la nature y est peinte, comme l'intérêt s'y soutient, comme il augmente par degrés, que de difficultés vaincues ! Que de philosophie, à avoir fait ressortir tout cet intérêt d'une fille perdue ; dirait-on trop en osant assurer que cet ouvrage a des droits au titre de notre meilleur roman? Ce fut là où Rousseau vit que, malgré des imprudences et des étourderies, une héroïne pouvait prétendre encore à nous attendrir, et peut-être n'eussions-nous jamais eu Julie *, sans Manon Lescaut."

                                                                                                                        Sade, Idée sur les romans, 1881.

    * allusion au personnage de Julie dans le roman épistolaire de Rousseau, La Nouvelle Héloïse.

    Quel cortège aux flambeaux de joueurs, de tricheurs, de buveurs, de débauchés, de descentes de police ! C'est ce parfum crapuleux de poudre à la maréchale, de vin sur la nappe et de lit défait qui donne à Manon la force de vivre à travers les siècles et de ne point se confonde avec d'autres figures dont les mouches et le sourire ne suffisent pas. [...] Notre époque ne verrait pas, sans révolte, paraître un pareil livre. Elle aime les éclairages indirects et le chauffage central. Elle n'aime plus le feu."

                                                                                                    Jean Cocteau, Revue de Paris, octobre 1947.


    votre commentaire
  • Manon Lescaut- Un personnage picaresque et une libertine

    1. Regardez dans le  module " Mouvements Littéraires" (menu de gauche) à la rubrique Les Lumières, la première vidéo : dans quel contexte le mouvement libertin se développe-t-il?
    2. Recherchez l'étymologie puis les deux significations du mot libertin
    3. Lisez la double page consacrée au personnage de roman au siècle des Lumières, dans votre manuel page 202 et 203 : Qu'est-ce qu'un personnage picaresque? Qu'est-ce qu'un personnage libertin?
    4. En quoi ces deux qualificatifs peuvent-ils s'appliquer à Manon ?
    5. Manon est un personnage complexe : pourquoi peut-on dire qu'elle se détache des héroïnes romanesques classiques?
    6. Qui est le "héros" du livre ?  Cette "anti-héroïne" qui bien souvent éclipse le narrateur, ou son amant, le chevalier des Grieux, qui lui donne vie grâce à sa confession?

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique