•   

    L'Auteur 

    Friedrich de La Motte-Fouqué

     

    Origines :

    Le baron Frierich de La Motte-Fouqué est né le 12 février 1777 à Brandebourg -sur- la-Havel. Il descend d'une famille de hugenots français qui se sont exilés en Prusse après la révocation de l'édit de Nantes, qui permettait aux protestants d'exercer leur culte.

    Fils d'officier et filleul de Frédéric II,  roi de Prusse, il intègre très tôt l'armée, à dix-sept ans.  En 1803, après s'être marié pour la seconde fois, il abandonne sa carrière militaire durant une dizaine d'années ;  il prend cependant la tête d'un corps de volontaires en 1813, lors de la révolte prussienne contre Napoléon. Il quitte définitivement l'armée pour des raisons de santé, avec le grade de major, décoré de l'ordre de Saint-Jean et chevalier de l'Aigle rouge.

    Carrière littéraire :

    C'est lorsqu'il retourne momentanément à la vie civile, en 1803, que La Motte-Fouqué se lance dans l'écriture. Sa production littéraire est très importante : une dizaine de contes et de romans, une cinquantaine de pièces de théâtre, deux recueils de poésies. Parallèlement, il fonde deux revues où il publie ses oeuvres.

    Il se lie d'amitié avec les écrivains les plus réputés de son temps, tels que Goethe, Shiller, Chamisso...Entre 1810 et 1820, il rencontre un grand succès et sa popularité va grandissant. Mais par la suite, son talent et son inspiration semblent décroître : il est en décalage avec l'essor du post-romantisme qui exalte une littérature plus sobre et plus rationnelle.

    Fin de vie :

    Après le décès de sa seconde épouse, en 1831, il surmonte de grandes difficultés financières,  grâce à une pension versée par l'empereur Frédéric-Guillaume III et en donnant des cours de littérature à l'université de Halle-sur-Saale. Il se remarie avec la fille d'un officier suédois.

    En 1841, il publie douze volumes d'oeuvres choisies.

    Il meurt le 23 janvier 1843 à Berlin.

     

    Ondine :

     

    L'Auteur

     

     

    1)  Ondine est sans aucun doute la plus importante de ses oeuvres, celle qui le mènera à la postérité. 

    • Succès public immédiat mais aussi louée par les plus grands auteurs, tels que Goethe, Heine, Hoffmann  qui en fera un opéra.
    • Ce conte baigne tout d'abord dans l'univers des eaux vives, comme symbole de la pureté originelle, et dans celui de  la forêt hantée, tous deux motifs propres à la tradition germanique.
    • Mais il va au-delà du folklore ou de la mythologie nationale : l'universalité de son propos  inspirera des poètes, des compositeurs, des peintres et des dramaturges qui se saisiront de la fable et du personnage pour réécrire, inlassablement, à travers l'espace et le temps, l'histoire de cette fille des eaux à la recherche d'une âme humaine.

     

    2) Les sources :

    Cette nouvelle, rédigée en 1807, se nourrit de sources diverses :

    - le mythe antique de Daphnis , berger devenu aveugle après avoir trompé la nymphe Nomia avec une princesse.

    - origines médiévales : la vieille légende du chevalier Peter von Stauffenberg, écrite vers 1320

    - le traité des êtres fabuleux, le Liber de nymphis, sylvis, pygmaeis et salamandris et de caeteris spiritibus, paru en 1595.

    - la célèbre légende de Mélusine, où les relations entre un humain et un esprit des eaux sont interdites.

    Toutes ces oeuvres se font écho  par la transgression de l'interdit dicté par la créature aquatique, transgression qui constitue une faute suivie d'un châtiment : la perte de l'âme ou de la vie.

     

    3) Un genre particulier : le Märchen:

    Le märchen est un genre difficile à cerner, mais c'est le terme employé par La Motte Fouqué pour qualifier Ondine. On peut le définir comme un conte populaire et merveilleux, se situant entre la nouvelle et la légende. Les personnages en sont stéréotypés, l'analyse psychologique est absente ou très peu développée.

    Dans Ondine, les personnages connaissent cependant une évolution. Ondine subit des mutations profondes, tant au niveau de son statut qu'en ce qui concerne son caractère, sa personnalité. Le chevalier Huldbrand de Ringstetten possède également une certaine ambiguïté, une identité double, oscillant entre l'image idéalisée du chevalier noble, courageux et courtois, et celle d'un homme faible, passif et inconstant.

     

    4) Un monde de la métamorphose et de l'illusion : 

    Si la nature est tout aussi stéréotypée que les personnages, construite sur l'opposition entre un monde paradisiaque, le fameux topos du "locus amoenus", et un autre monde plus hostile,  dangereux et inquiétant, elle a néanmoins une particularité : celle de changer, de se métamorphoser. En effet, tout au lond du récit, on peut voir aussi bien des créatures vivantes que des êtres inanimés apparaître sous des formes différentes : ce sont ces transformations qui intéressent l'auteur. La nature, mouvante et imprévisible, possède toute la puissance de l'être élémentaire et originel, et par sa force incontrôlable déclenche les péripéties.

    Ce thème de la métamorphose est intimement lié à celui du paraître et de l'illusion. Le lecteur partage l'incertitude des personnages et se trouve ainsi saisi d'un sentiment d'étrangeté.

     

    5)  L'influence du roman de chevalerie et de la quête sprirituelle :

    La Motte Fouqué, écrivain protestant plusieurs fois tenté par le catholicisme, s'intéresse particulièrement aux questions religieuses et aux parcours initiatiques que l'on retrouve dans les romans de chevalerie.  "Ondine repose en effet sur une quête spirituelle profondément problématique et susceptible, par là même, de générer toutes sortes de péripéties. Car Ondine, cherchant à vivre en harmonie avec une âme qu'elle vient de recevoir, est une créature qui s'en trouve par essence dépourvue, un esprit dont la nature même consiste à en être dénuée. Le lecteur est donc tenu en haleine par les aventures d'un être tentant d'atteindre un idéal, si bien que la tension romanesque semble immédiatement issue de cette tension spirituelle." (Nicolas Waquet)

     

    6) Intertextualité : la passion adultère et fatale :

    Enfin, le conte d'Ondine aborde l'un des thèmes les plus traditionnels du récit d'amour occidental, celui de l'infidélité, de l'adultère qui conduit à la mort mais qui survit dans la fusion des éléments, dans une étreinte éternelle. (cf. dans la littérature médiévale Tristan et Iseult, Guenièvre et Lancelot, El romance del conde niño, romancero anonyme du bas Moyen Âge espagnol...)

     

     

     

     Sources :

    1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Friedrich_de_La_Motte-Fouqu%C3%A9

    2. Préface de Nicolas Waquet, in Ondine, F. de La Motte-Fouqué, ed. Payot-Rivage poche

    3. http://www.plathey.net/livres/germanophone/motte-fouque.html


    votre commentaire
  •  

    Ondine- Friedrich de La Motte-Fouqué ( 1811)

     

    Avez-vous bien lu?

    Undine- Arthur Rackham- (1909)

    • Dans quel univers particulier Ondine et ses parents adoptifs vivent-ils?
    • Quels sont les principaux traits de caractère, physiques et moraux, d'Ondine, quand elle apparaît pour la première fois?
    • Pourquoi le vieux pêcheur craint-il les "habitants de la forêt"?

    Avez-vous bien lu?                Avez-vous bien lu?

    Undine- Arthur Rackham- (1909)

    • Comment Ondine est-elle apparue la première fois chez ses parents adoptifs?
    • Quel élément surnaturel retient le chevalier chez le vieux pêcheur?
    • A quel moment et comment Ondine séduit-elle Huldbrand?

    Avez-vous bien lu?

    • Qui est Bertalda? Pour quelle raison a-t-elle envoyé le chevalier dans la forêt?
    • Pourquoi le chevalier a-t-il accepté?
    • Quels personnages rencontre-t-il dans la forêt?
    • Quelle relation Ondine entretient-elle avec l'eau?
    • Qui marie Ondine et Huldbrand?
    • Pourquoi le comportement d'Ondine après la noce déplaît-il au chevalier?
    • Quels indices lui donnent à penser qu'il a peut-être épousé une fée ou un être malicieux issu du monde des esprits?
    • Quand Ondine lui révèle-t-elle sa véritable nature?
    • Quel pacte surnaturel la lie au chevalier?
    • En quoi l'oncle d'Ondine se métarmophose-t-il à plusieurs reprises?
    • Quelles relations Ondine va-t-elle entretenir avec Bertalda?
    • Quel cadeau Ondine fait-elle à Bertalda le jour de sa fête? Quelle est la réaction de la jeune fille?

    Avez-vous bien lu?                      Avez-vous bien lu?

     

    • Quels sont les liens qui vont se créer peu à peu entre les trois personnages, lorsque Bertalda s'installe au château de Ringstetten avec les deux époux?
    • Quelle menace pèse sur Bertalda sans qu'elle en ait conscience? Huldbrand en est-il à l'abri?
    • Quel aveu réveille chez le chevalier l'amour qu'il portait auparavant à Ondine?
    • A quelle occasion son inclination pour Bertalda retrouve-t-elle toute sa vigueur?
    • Que se passe-t-il lorsque le chevalier part à la recherche de Bertalada dans la vallée noire?

    Avez-vous bien lu?

    • Après une période d'allégresse et de tranquillité, pourquoi le chevalier regrette-t-il à nouveau d'avoir épousé une néréide, lors de la promenade sur le bateau?
    • Quel geste et quels paroles du chevalier à son égard obligent-ils Ondine à renoncer à lui et à se jeter à l'eau? Comment Huldbrand réagit-il?
    • Pourquoi le vieux pêcheur se présente-t-il au château après la disparition d'Ondine?
    • Quel motif pousse le père Heilmann à s'opposer au mariage entre le chevalier et Bertalda? ?
    • Pourquoi Ondine devrait-elle quitter la vie à Huldbrand?
    • Quelle fatale erreur Bertalda commet-elle le jour de ses noces?
    • Comment le chevalier meurt-il?
    • Comment le conte se termine-t-il?

     

    Avez-vous bien lu?

     

    Illustrations : Arthur Rackhman


    votre commentaire
  • https://hal-unilim.archives-ouvertes.fr/hal-00760634

    " Le mythe de l'ondine : une réécriture positive dans le récit de Fouqué " : La réécriture des mythes de l'eau

    Résumé : Dans son récit, Fouqué a repensé et remodelé le mythe de l'ondine. Sur elle, il projette sa vision d'une féminité éternelle, d'une femme douce, aimante, victime d'un époux infidèle. Il s'écarte des représentations traditionnelles qui font de la nixe une créature fatale, un piège pour les hommes. Il l'appréhende à travers une expérience personnelle, qui n'est pas inspirée par la peur, mais par le sentiment de culpabilité. On a prétendu qu'il avait éprouvé un certain remords après un premier divorce. Dans son récit, il transpose de manière allégorique la situation type, qu'il a vécu personnellement, d'un homme pris entre deux femmes. On pourrait dire qu'il embourgeoise le mythe. Le personnage de la sirène subit donc une très nette inflexion. L'écrivain, comme tout bon romantique, prend le parti de la nature et des esprits qui la peuple. Il met en accusation le matérialisme et l'égoïsme de ses semblables. La nixe apparaît dans sa pureté comme un modèle, l'image de ce qu'était l'humanité avant la chute. Fouqué organise une permutation entre les deux personnages féminins de son récit. C'est Bertalda, l'amante d'origine humaine, qui possède toute la perfidie et la duplicité communément prêtées aux sirènes. A l'inverse, Ondine, matérialisation d'une nature généreuse et innocente, ignore la rancune et la méchanceté. Fouqué utilise donc le mythe de la sirène pour condamner une humanité qu'il estime pervertie. Ce conte est à ranger parmi ces récits de glorification d'une nature originelle, qui se sont développés à partir de la fin du XVIIIe siècle sur le modèle de La nouvelle Héloïse et de Paul et Virginie. Il préfigure La petite Sirène d'Andersen.
    Type de document : 
    Communication dans un congrès
    " Le mythe de l'ondine : une réécriture positive dans le récit de Fouqué ", Nov 2007, Boulogne-sur-Mer, France

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique