• Pierre et Jean de Maupassant : un personnage torturé par le doute

    - Tout d'abord , un bref bilan :

    - quelques excellentes copies qui sont de très bon augure pour la suite.

    - De nombreuses copies  sérieuses et encourageantes, avec quelques erreurs de méthodologie faciles à corriger par la pratique ( mise en page, début de paragraphe mal rédigé, connecteurs oubliés, citations trop longues ou mal tronquées...).

    -difficulté rencontrée dans la majorité des copies : analyser les citations et les procédés employés. Ce passage du roman a été généralement bien compris, mais la méthode du commentaire est encore mal maîtrisée. Vous ne faites souvent que raconter le texte en le truffant de citations au fur et à mesure.

    - des copies inquiétantes mais sans surprise pour moi  ( et sans surprise pour l'élève à mon avis...) : on ne peut obtenir de bons résultats sans travail, sans efforts!

     

    • Erreurs de méthodologie

    encore une fois : pas de "métalangage" : vous n'avez pas à expliquer ce que vous faites en matière de méthodologie, comme " Nous allons donc répondre à la problématique"  "mon plan va être constitué  de deux parties...".

    Inscrire des titres et des sous-titres relève du même type d'erreurs. 

    - n'annoncer pas le plan avant de proposer une problématique : où est la logique? Le plan permet de répondre à cette dernière;  c'est comme mettre la charrette avant les boeufs!

    - ne pas annoncer les sous-parties : uniquement les grands axes ( redit le jour même du devoir!!)

    - l'amorce doit être courte et en lien avec le passage. Ne faites pas tout un cours sur le naturalisme! Ici, vous pouvez parler de l'importance de l'argent et des réalités sociales dans les romans naturalistes.

    - l'introduction forme un seul paragraphe : n'allez pas à la ligne à tout bout de champ.

    - chacune des deux sous-parties devait commencer par l'argument principal, indiqué dans le plan imposé par des sous-titres : 1) une introspection douloureuse/ 2) un duel entre désir et conscience.

    - ne pas sauter de ligne entre les sous-parties.

    - attention à l'insertion des citations. Utilisez les deux petits points avant les guillemets, ou intégrez la citation dans votre phrase à l'aide de verbes de parole.

    - pas de citations trop longues ( quasiment une demi-page) ni de catalogue de citations. D'abord, cela apparaît comme du "remplissage"; ensuite, comment analyser de façon claire un passage aussi dense?

    - ne pas commencer une sous-partie par une citation : la citation justifie l'argument, elle l'illustre. En aucun cas elle ne se substitue à lui.

    - et enfin, également signalé à chaque correction, on ne souligne pas un texte en l'inscrivant entre guillemets! Il faut choisir : on souligne le titre d'une oeuvre ( roman, essai, pièce, recueil...), on inscrit entre guillemets le titre d'un poème, d'une section de recueil, d'un chapitre, ou une citation du texte. 

     

    • Erreurs d'analyse ou fragilité dans le propos (argument insuffisamment développé ou mal justifié)

    - la paraphrase : erreur la plus courante chez les "néophytes"; certains élèves ont encore du mal à comprendre la méthode de l'analyse et ont une forte tendance à répéter simplement ce que dit le texte, et même à le résumer de façon linéaire.

    - l'étude linéaire est déconseillée, sauf si la composition du texte l'impose ( cf. la tirade d'Arnolphe étudiée puis commentée en classe). Ici, ce n'est pas le cas. Il faut une étude transversale.

    - tout argument doit être expliqué puis, systématiquement, illustré par une citation!!! Celle-ci doit être commentée : indiquez par quels procédés l'auteur met en valeur son idée.

    - ne faites jamais de digressions ni de commentaires personnels dans un commentaire.

     

    • Fautes d'expression ou maladresses dans la rédaction:

    - *Si il : s'il

    - *Malgré : malgré

    - variez les verbes : tant dans l'annonce du plan que dans le développement.

    - Attention, ce texte n'est pas versifié comme dans la comédie de Molière ou la tragédie de Racine étudiées précédemment; il est en prose: vous vous référez donc à des lignes, non à des vers.

    - Et encore une fois : Monsieur, en français, s'écrit M. en abrégé, et non *Mr  qui renvoie à Mister.

    - un texte explicatif ou argumentatif se rédige au présent. (l'imparfait et le passé simple sont des temps du récit et donnent encore plus l'impression que vous racontez le texte au lieu de l'analyser).

    - vous confondez souvent l'adjectif et le substantif quand vous utilisez les mots se terminant en -isme : Le naturalisme, mais un roman ou un écrivain naturaliste  et non pas * un roman ou un auteur naturalisme!

    - le futur simple se construit sur l'infinitif : étudier  donne nous étudierons et non *nous étudirons.

     

    • Les "bourdes" (ou "sottises")

    - Soyez vigilants quand vous recopiez les dates : un auteur du XIXe siècle ne peut avoir écrit son roman en 1960!

    - Dans le même "style", Maupassant n'est pas un auteur du XVIIe siècle! 

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :