• Objets d'Etude en Première

     

    I- Le Personnage de Roman du XVIIe siècle à nos jours:

    L'objectif principal de cet objet d'étude est d'amener les élèves à comprendre de quelle façon le romancier, à travers la construction de ses personnages, nous propose une vision du monde et de la nature humaine. 

    Toute oeuvre littéraire est influencée par différents facteurs complémentaires : la vie de l'auteur, les modèles littéraires antérieurs, la société dans laquelle il vit, les valeurs qu'il en partage ou rejette, critique...Le personnage, "être de papier", joue un rôle primordial dans la réception de l'oeuvre; le lecteur peut s'identifier ou s'attacher à lui, le prendre comme modèle ou au contraire contre-modèle. Les notions de "héros et contre-héros" permettent d'appréhender la fonction du personnage sous différentes perspectives.

    Enfin, le choix de différentes époques à partir d'un thème particulier permet à l'élève de prendre conscience de l'évolution du genre romanesque et, parallèlement, de l'évolution de  la société.

    Séquence 1 : Les amours coupables en littérature 

    La culpabilité est un sentiment de faute lié à la transgression des valeurs d'un groupe social ou des principes  moraux qui guident un être humain. Certaines conceptions du bien et du mal semblent immuables d'une époque à une autre (mais non universelles), d'autres se modifient selon l'évolution des mœurs.

    - Groupement de textes : lectures analytiques et cursives

    Quelle image de la société la "culpabilité" du personnage met-elle en relief?

    1.- La Princesse de Clèves- Madame de La Fayette : "-Hé! croyez-vous le pouvoir, madame? s'écria M. de Nemours. Pensez-vous que vos résolutions tiennent contre un homme qui vous adore(...) Elle sortit en disant ces paroles, sans que M. de Nemours pût la retenir."

    2. - Les Liaisons dangereuses- Choderlos de Laclos : Lettre 4. "Ne vous fâchez pas et écoutez-moi. Dépositaire de tous les secrets de mon cœur (...) Adieu, ma très belle amie : sans rancune."

    - Manon Lescaut- Abbé Presvot : lecture cursive obligatoire

    3.- Pierre et Jean- Maupassant : Chapitre v -"Voilà, dit-elle, je l'ai retrouvé presque tout de suite. (...) Rencontrant de nouveau les yeux de sa mère, il lui parurent changés, troubles et hagards."

    - Madame Bovary- Flaubert ( lecture recommandée)

    - La Muette- C-Djavann : lecture cursive obligatoire

    - Le Diable au Corps- Raymond Radiguet ( lecture recommandée)

    - La Classe de Neige- E. Carrère ( lecture recommandée)

    Lectures conseillées : Anna karénine, Tolstoï, Effi Briest, Theodor Fontane, Tess d'Urberville, Thomas Hardy, La Confusion des sentiments et Vingt-quatre heures de la vie d'une femme de Stefan Zweig, La mort à Venise, Thomas Mann, Le silence de la mer, Vercors.

    Corpus bac : Zola, Camus, Malraux : Vous montrerez comment la description de la nature intervient dans les trois extraits.

    Séquence 2 : Un roi sans divertissement- Jean Giono

    Quelle vision de la nature humaine ce roman propose-t-il?

    Cette oeuvre romanesque qui fut au programme de Terminale L en 2004 et 2005 nous amène à réfléchir sur la condition humaine. Son titre ainsi que la dernière phrase du roman se réfèrent à une affirmation de Pascal : "Un roi sans divertissement est un homme plein de misères". Nous verrons comment Giono dépasse et renverse le sens que Pascal donnait à cette phrase; en effet, pour le philosophe du XVIIe siècle, elle signifie que tout être humain, même un roi, doit trouver des "divertissements" qui l'empêchent de penser à sa condition de mortel. Mais Pascal tend à démontrer que ce ne sont que subterfuges passagers qui n'éloignent pas l'homme de sa misère et que seule la foi en Dieu est salvatrice. Giono s'attache davantage à la notion de cruauté chez l'être humain, à ce désir de cruauté qui cherche à rompre avec la monotonie de l'existence.  

    Giono a proposé lui-même, dans le Carnet du roman, un résumé possible de l'intrigue d'Un Roi sans divertissement à travers le portrait moral de Langlois, son protagoniste central : « C'est le drame du justicier qui porte en lui-même les turpitudes qu'il punit chez les autres. Il se tue quand il sait qu'il est capable de s'y livrer. [...] Quelqu'un qui connaîtrait le besoin de cruauté de tous les hommes, étant homme, et, voyant monter en lui cette cruauté, se supprime pour supprimer la cruauté.»

    Ce roman se lit comme une enquête policière, ponctuée de meurtres mystérieux, racontée à travers différents points de vue qui s'entrecroisent.

    4.- Extrait 1 : la description du hêtre (Folio. p.38) : "Le hêtre de la scierie n'avait pas encore, certes, l'ampleur que nous lui voyons. (...) Et, tout le long des routes qui montaient ou descendaient vers elle, s'alignait la procession des érables ensanglantés comme des bouchers."

    5. - Extrait 2 : la battue au loup. (Folio. p. 141) : "Nous arrivons au fond de Chalamont (...) après un petit conciliabule muet entre l'expéditeur et l'encaisseur de mort subite !".

    6. - Extrait 3 : l'excipit : la mort de Langlois. (Folio. p. 241 ) : "On était quand même arrivé à savoir à peu près quelque chose. (...) Qui a dit : "Un roi sans divertissement est un homme plein de misères?"

     

    II- Le Texte Théâtral et sa représentation du XVIIe siècle à nos jours

    Le texte théâtral est conçu pour être joué. Cet objet d'étude vise donc à faire découvrir le théâtre sous ses différents aspects, texte, spectacle, mais aussi genre littéraire, avec ses codes, son évolution. Nous verrons le rôle du metteur en scène, du comédien, du costume, des masques et des accessoires, les choix du dramaturge...Mais nous réfléchirons également aux fonctions du théâtre et aux différentes attentes du public, depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours.

    Séquence 1 : Représenter le mal au théâtre

    " Qu'est-ce que le mal? Cette question constitue sans doute le cœur de la pensée morale. La réponse n'est pas aussi évidente que l'on pourrait le croire de prime abord. S'il est vrai que chacun a l'intuition de ce qu'est le mal, il est difficile de le définir d'une manière rationnelle, peut-être parce que le mal est un défi à la raison et à la bonne foi. Son existence nous apparaît comme un scandale, sa victoire une aberration, qui nous humilie dans notre humanité même.

    Le théâtre a une supériorité sur le roman dans le traitement de ce problème universel : art de la présence physique, il peut incarner le mal dans des personnages monstrueux, et nous rendre sensible son pouvoir à travers leur présence sur scène. On trouve à travers l'histoire du théâtre une impressionnante galerie de monstres, dont la personnalité troublante exprime plus puissamment que ne peut le faire un récit ce "mystère d'injustice " qu'est le mal. " Michel Viegnes, Le Théâtre- Problématiques essentielles- Histoire Littéraire, Hatier. (1992)

    Groupement de textes : lectures analytiques et cursives

    Comment représenter le mal au théâtre?

    7.- Phèdre, Racine : Acte I, scène 3 : " Phèdre . - Mon mal vient de plus loin (...) Un reste de chaleur tout prêt à s'exhaler."

    8.- Ubu Roi, Jarry : Acte III, scène 3 : " Un paysan, entrant . - Apprenez la grande nouvelle (...) Ubu reste à ramasser la finance."

    9.-Caligula, Camus : Acte II, scène 5 : " Il mange, les autres aussi. (...) Mucius, à contrecœur. - A tes ordres, Caïus."

    10.- Rhinocéros, Ionesco : Acte III, le monologue final : " Béranger.- Je ne suis pas tout à fait seul maintenant (...) Contre tout le monde, je me défendrai ! Je suis le dernier homme, je le resterai jusqu'au bout ! Je ne capitule pas ! RIDEAU"

    (1ère L : Médée- Anouilh et Corneille dans l'objet d'étude : Les Réécritures)

    - Rhinocéros, Ionesco : lecture cursive obligatoire

    Lectures conseillées : Dom Juan, Molière, Phèdre, Andromaque ou Iphigénie, Racine, La double inconstance, Marivaux, Le Mariage de Figaro, Beaumarchais, Le roi se meurt et Rhinocéros, Ionesco, Ondine, de Jean Giraudoux, Médée, Anouilh ou Corneille, Les Justes et Caligula, Camus, Les Mains sales, Sartre.

    Séquence 2 : La Guerre de Troie n'aura pas lieu- Jean Giraudoux

    Représentée la première fois le 21 novembre 1935, La Guerre de Troie n'aura pas lieu s'inscrit dans une période où l'Europe commence à voir se profiler la possibilité d'un nouveau conflit européen. Comme le titre le suggère, cette pièce est , selon les dires mêmes de son auteur "une comédie tragique". Inspirée du mythe fondateur qu'est l' Iliade, elle en modifie les perspectives comme elle joue sur les registres et les niveaux de langue. Une oeuvre très riche en références littéraires et une réflexion profondément humaniste sur la guerre et la fatalité. Ce titre surprenant, paradoxal, invite d'emblée à se poser des questions essentielles : mais qu'est-ce qui conduit à la guerre? Celle-ci est-elle inévitable? Quels enjeux pour l'être humain?

    La Guerre de Troie n'aura pas lieu offre également un intérêt particulier pour l'étude de la mise en scène :  Giraudoux travaillait depuis plusieurs années avec le metteur en scène et acteur Louis Jouvet, et il n'hésitait pas à modifier son texte lorsque les répétitions influençaient sa vision de la pièce et de sa représentation.

     

     

    III- Ecriture poétique et quête du sens du Moyen Âge à nos jours

     L'objectif poursuivi par cet objet d'étude est, d'une part, de découvrir les spécificités de l'écriture poétique, en tant qu'"art" du langage, et d'autre part  sa manière singulière  d'interroger le monde  et de construire le sens .

    Comme pour les autres genres littéraires, nous adopterons également un point de vue diachronique qui nous permettra d'étudier la poésie dans son évolution, dans la diversité de ses formes, de ses mouvements  et de ses thèmes privilégiés

    Séquence 1 : Dire la Vie, dire le monde

    La poésie traduit le monde qui nous entoure d'une manière particulière, non seulement en ayant recours au signifié des mots, à leur dénotation, mais aussi en utilisant le pouvoir des sons, du rythme, et la puissance évocatrice des images.

    Groupement de textes : lectures cursives et analytique

    Comment la poésie parvient-elle à recréer le monde qui nous entoure ?

    - Choix de poèmes non encore défini, facilitant l'étude de  différentes formes de poèmes ( formes fixes, en prose, vers libre, calligrammes...) et les principaux lieux communs de la poésie permettant d'appréhender le monde ( la fuite du temps, les saisons, la mort, l'amour, la nature, les correspondances entre le matériel et le spirituel...)

    - Anthologie à réaliser par chaque élève, sur un thème précis. (ce recueil doit comprendre une introduction justifiant le choix du sujet, et chaque poème doit être présenté de façon personnelle).

     

    Séquence 2 : Alcools- Apollinaire

    Découvrir un poète majeur dans l'évolution de la poésie, entre tradition et modernité.

    Un recueil émouvant, cohérent, à la fois lyrique et novateur.

     

    IV- La question de l'Homme dans les genres de l'argumentation du XVIe siècle à nos jours

     L'objectif est de permettre aux élèves d'accéder à la réflexion anthropologique dont sont porteurs les genres de l'argumentation afin de les conduire à réfléchir sur leur propre condition. De nombreux sujets peuvent être abordés, d'ordre social, moral, religieux, éthique, politique, dans un but essentiellement littéraire et humaniste. Il s'agit de conduire l'élève à comprendre la société dans laquelle il vit, son évolution, ses valeurs, à se forger sa propre opinion, dans un esprit de tolérance et d'acceptation de la pluralité, de la diversité, principe essentiel de la République. L'étude de la langue et des genres argumentatifs lui donne également la possibilité d'évaluer le pouvoir de la parole et de l'écriture, selon les différentes stratégies adoptées, comme convaincre, persuader, délibérer, concéder ou réfuter par exemple.

    Séquence 1 : Littérature et Altérité : vivre avec l'Autre

     Groupements de textes : lectures cursives et analytiques

    Quel regard porter sur la différence?

    Comment accéder au bonheur en société?

    - Corpus de textes appartenant à des genres et époques différentes ( fables, extraits de contes, d'utopies et dystopies, paraboles, poèmes, épigrammes, pamphlets, essais, dialogues argumentatifs...)

    - Un conte philosophique ( de Voltaire ou Le Chevalier inexistant d'Italo Calvino)

    Séquence 2 : Le Supplément au Voyage de Bougainville- Diderot

    Conte philosophique à la forme variée ( narration, discours, dialogues...) qui aborde la question essentielle du relativisme culturel mais aussi du rapport entre les lois sociales et les lois morales. Peut-on  désobéir aux lois lorsqu'elles nous semblent mauvaises? Mon modèle de société est-il forcément le meilleur? Jusqu'où peut-on être libre ? Qu'est-ce que le bonheur? Autant de sujets chers aux philosophes des Lumières.

      


  • Commentaires

    1
    curiositas
    Vendredi 8 Avril 2016 à 15:35

    Bonjour, merci beaucoup pour avoir posté toutes ces informations très utiles.Je passe mon bac en candidat libre cette année et je ne sais pas quels textes je dois étudier. Est-ce que tous les textes que vous avez mentionnés sont tous les textes étudiés par tous les lycées et sur lesquels ont sera évalués pour le bac de français ce juin même ? Merci beaucoup.

    2
    Vendredi 8 Avril 2016 à 18:34

    Bonjour,

    Il n'y a pas de textes imposés à l'EAF de français, uniquement les 4 objets d'étude qui figurent sur cette page, concernant le roman, le théâtre, la poésie et l'argumentation. En filière L, 2 objets d'étude supplémentaires sont exigés : l'Humanisme et les réécritures.  Chaque enseignant choisit librement les textes qu'il désire faire étudier à ses élèves, ainsi que 3 œuvres complètes, à lire en entier, et dont analysera quelques extraits. Vous devez compter en moyenne 22 à 24 textes sur l'année, mais là également, rien n'est imposé. On présente généralement 5 ou 6 textes par objet d'étude, dont deux à trois extraits des œuvres complètes. Vous pouvez donc établir une liste personnelle, avec des textes que vous connaissez, et les classer par objet d'étude. Vous pouvez trouver un modèle dans " descriptifs EAF", dans le module "programme" en haut à gauche.

    Bon courage. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :