• Les Combattants : l'apprentissage de la vie

     

    Les Combattants de Thomas Cailley

     

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

    Prix Delluc du 1er film

    César du 1er film

    César de la meilleure actrice

    César du meilleur espoir masculin

    Présenté dans la sélection de la Quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes 2014,

    il remporte les trois prix attribués dans cette sélection :  l'Art Cinema Award, le prix SACD et le Label Europa Cinemas.

     

    Comment apprendre à vivre dans une société de fin du monde? 

     

    Un récit d'Apprentissage

     

    • Histoire de deux personnages adolescents qui veulent apprendre la vie : passage à l'âge adulte
    • Confrontation des personnages au monde qui les entoure à travers une série d'épreuves
    • En se confrontant au monde, les personnages nous donnent une vision particulière de celui-ci.
    • Le titre renvoie à deux significations différentes: les "techniques de combat" enseignées à l'armée, mais aussi l'apprentissage de la vie : le passage à l'âge adulte est un combat.
    • Parcours original : on part de la mort vers la mort : mort du père et dénouement apocalyptique. Cependant, la fin, plus optimiste, nous ramène à la vie, même si l'inquiétude demeure jusqu'au bout ("on demeure sur nos gardes"); l'horizon s'ouvre à eux, c'est le commencement de l'amour et de leur vie adulte.
    • Une histoire d'amour inversée? Celle qui mène le combat, qui est dans l'action, c'est la fille. Le réalisateur ne voulait pas d'une histoire d'amour  romantique, dont il ne maîtrise pas les codes. C'est un film "à mi-chemin entre Casablanca et Rambo "

      Les Combattants : l'apprentissage de la vie

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

     

     

    Un apologue : entre conte et réalité

    Faire vrai :

    • vérité psychologique et sociologique des personnages : le film prend très au sérieux les fantasmes des personnages, et l'angoisse de la jeunesse dans un monde en crise. L'époque actuelle est souvent représentée comme la fin de quelque chose : fin du plein emploi, remise en cause des acquis sociaux, fin du CDI, fin de nombreuses espèces en voie de disparition, fin de l'agriculture familiale...La menace pèse sur eux tout au long du film par de gros nuages noirs qui surviennent à différents moments et obscurcissent le ciel, jusqu'à l'incendie final. Le film aurait pu terminer sur cette image, mais c'est un récit optimiste.

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

    • Leur psychologie est déduite de choses concrètes, de leurs gestes, de leurs manières de se confronter au monde : elle plonge dans la piscine, elle se met à l'eau, il reste sur le bord. Au début du film, c'est elle qui va de l'avant, "qui se mouille", qui est dans l'action. Lui reste dans l'attente.

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

     

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

    • Tout sonne très juste, très vrai. Le film est basé sur un récit  fictionnel, il s'agit d'un parcours symbolique. mais pour que le spectateur puisse entrer dans l'histoire et y croire, il est nécessaire d'établir une base réaliste. Le réalisateur, par exemple, a effectué lui-même le stage dans l'armée pour s'appuyer sur des éléments justes et concrets.

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

    • Le travail sur le rythme : au début du film, les séquences sont assez elliptiques : la mort du père, le deuil, l'entreprise, la vie avec les copains : nous plongeons dans le quotidien réaliste d'Arnaud. L'élément perturbateur est la rencontre avec Madeleine. A partir de là le rythme s'accélère et emprunte les mécanismes du film d'actions. Puis à la fin, nous sommes dans un temps presque "mental", qui ralentit considérablement : il correspond à la découverte de l'un par l'autre, loorsqu'ils ont quitté le "jeu" et apprennent à survivre dans un environnement naturel et sans l'aide de personne.

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

    Un conte : 

    - On plonge dans un monde en même temps imaginaire : on rencontre par deux fois un lieu "qui n'existe pas"

    • le stage à l'armée : on joue à...on joue à vivre, à survivre, on se maquille, on combat avec des armes fictives, on mange des snickers et des flanby ( "C'est ça les paras?" dira Madeleine, indignée, elle qui apprend à se nourrir de poissons crus). Pour devenir un bon adulte, il faut auparavant avoir été un enfant. 

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

    • On se trouve également bien dans l'univers du conte : histoire d'enfants qui affrontent les dangers de la forêt.
    • La forêt vierge où ils ne sont que tous les deux : sorte d'utopie miniature, d'éden, de retour aux origines : ils chassent, ils pêchent, ils se découvrent l'un l'autre.

     

     

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

     

    Deux attitudes face à la vie

    - L'idée de "l'avenir" qui structure le film se matérialise par l'horizon qui s'ouvre ou ne s'ouvre pas devant les personnages. A début, tout l'univers se résume à une série de petites boîtes : les cercueils, la cabane de jardin, la roulotte préfabriquée de l'armée....Puis les personnages sont enfermés derrière un grillage durant le stage, même les bois où ils s'entraînent sont cernés de clôtures. Les dernières images montrent un paysage immense et infini qui s'ouvre devant les deux personnages.

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

    - Duo : chaque personnage a quelque chose à apprendre de l'autre : savoir partager permet de grandir. Il ne sait pas se projeter, elle ne sait pas prendre le temps de vivre.

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

    • Le personnage de Madeleine est assez "brut", d'une seule pièce, et fermé sur lui-même.  Sa première apparition dans le film est déjà dans une arène, en position d'attaque : elle attend la confrontation. Dès le scénario, le réalisateur va concevoir le film comme un polar, une sorte d'enquête menée par Arnaud à la découverte de Madeleine. Il va avoir besoin de temps, pour désamorcer cette bombe prête à exploser, pour "l'apprivoiser"; pour maintenir cette fraîcheur à l'écran, le film a été tourné dans le respect de la chronologie : les comédiens se sont découverts peu à peu, ils ne se connaissaient pas avant le tournage. Adèle, la comédienne , correspond tout à fait au personnage. Il y a comme une osmose entre les deux : assez violente, rapide, décidée, mais aussi drôle et insaisissable. Elle laisse les autres de côté par la vitesse de ses réactions et de son élocution.

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

     

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

      

    • Kevin Azaïs est tout l'inverse, mais à l'image de son personnage :   Arnaud a des qualités plus discrètes, plus évanescentes, plus floues aussi. Arnaud, c'est comme un verre qui se remplit. Il incarne la douceur , la candeur, la tendresse, une capacité à accueillir et à prendre sur soi, dans une période où il est plus facile de montrer ce que l'on a de plus dur et de plus obtus.
    • Cette douceur devient une force : Arnaud se laisse guider par la vie, par le plaisir. Ce n'est pas une faiblesse mais  un atout.. Quand on veut survivre, il faut savoir prendre le temps. Il vit dans le présent, il fait attention à ce qui  l'entoure. Par contre, il a du mal à se projeter. Le film y revient par deux fois : d'abord avec la mère, dans la salle de bain, quand elle dit à son fils : "l'important c'est que tu te projettes", et qu'il répond : Je ne veux pas me projeter, je veux rester ici". Plus tard, c'est le militaire qui lui enseigne à "se projeter", à visualiser plus loin que la cible.
    • Madeleine c'est l'inverse : elle se projette trop. Elle voit déjà la fin du monde, mais elle ne voit pas ce qu'elle a sous les yeux (Arnaud). Quand il lui apprend dans le hangard la double visualisation, elle, elle se projette sans difficulté. (lui c'est le contraire, car il la voit elle, il voit son corps). Il faudra que par défi , pour lui prouver qu'elle est capable de ressentir et de s'amuser comme tout le monde, elle prête attention aux autres pour commencer enfin à visualiser ce qui l'entoure ( dans la discothèque et avec le chien). A l'armée, Madeleine est tellement individualiste qu'elle éprouve des difficultés à " faire corps" avec les autres.

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

     

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

     

    Un film sur la survie

    • L'idée est née d'une émission que le réalisateur regardait à la télévision tard dans la soirée : un homme parachuté dans une île et qui essaie de s'en sortir seul, comme si la survie était plus importante que la vie. De nombreux programmes télévisés ou de séries mettent en avant le même concept : Koh Lanta, The Walking dead, ou encore des romans comme La Route, de Cormac McCarthy.

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

    • Ce scénario nous ramène également à la solitude : comment vivre seul, ou avec une autre personne? On perçoit cette difficulté à deux moments du film : lorsque les trois copains s'incrustent dans une soirée sur la plage. L'un d'entre eux déclare vouloir quitter la France pour le Canada : " c'est mort ici!" ( encore l'idée de mort). Et l'autre ami déclare à Arnaud : "tu vois ce qui nous attend quand il ne sera plus là? Tous les deux tous seuls...."
    • Et il y a bien sûr l'épisode dans la "vraie" forêt, lorsque leur isolement leur permet de se rapprocher mais aussi où le danger de l'ennui et de la vacuité se profile. C'est à ce moment-là qu'Arnaud enseigne à Madeleine que vivre, c'est avant tout être capable de goûter le moment présent.

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie

    Les Combattants : l'apprentissage de la vie 

    Thomas Cailley, le réalisateur

    "Merci à tous les combattants, ceux qui ne se résignent pas, ceux qui essayent,

    ceux qui résistent au cynisme et à la peur.

    On reste à l'affût.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :