• LA- Discours sur le Bonheur

    Madame du Châtelet –  Discours sur le Bonheur :

    Contexte : Les Lumières 

    Métaphore antique (cf. Platon) qui désigne les lumières de la raison et de la connaissance contre l’obscurité de l’ignorance, des préjugés et des superstitions.

     

    XVIIe siècle : classicisme

    XVIIIe siècle : Les Lumières

    XIXe siècle : Le Romantisme

     - Ordre, harmonie, modération et sobriété. (image de l’honnête homme)

    - goût pour la morale  et la bienséance

    - règne de la raison contre le désordre des passions.

    - Toute- puissance de l’Eglise catholique

     

    - De 1715 à la Révolution française

    - recul de la monarchie absolue de droit divin

    - essor de la bourgeoisie économique qui revendique le pouvoir politique.

    - La régence : l’austérité morale et religieuse se desserre ; le libertinage fleurit.

    -libération des idées

    - Apologie des passions, des excès

    -prépondérance de l’individu, du « moi ».

    - rébellion contre une société bourgeoise sclérosée.

    - Mal du siècle

    - Foi dans les sciences et le progrès.

     

    Siècle des moralistes :

    La Bruyère, La Rochefoucauld, (Madame de La Fayette), La Fontaine

    Les philosophes des Lumières : le plus souvent membres de la bourgeoisie : dénonciation des privilèges et des abus de l’Eglise catholique.

    Montesquieu, Diderot, Voltaire, Rousseau.

     

     

    L’œuvre :

    - un essai ; pas destiné à être publié : liberté du ton employé.

    - L’auteur se propose de réfléchir à la notion de bonheur en s’appuyant sur des citations, des anecdotes mais surtout sur sa propre expérience (le goût du jeu, la gourmandise, le bonheur et les affres de la passion).

    -volonté de transmettre le fruit de ses réflexions. Mais appelle le lecteur à penser par lui-même , à tracer son propre chemin pour atteindre au bonheur (= esprit des Lumières : libre arbitre)

    - un discours :

     

    Problématique : Quelle est la visée affichée de cet incipit ?

     

    I- Le discours d’une femme des Lumières

    1) Un texte argumentatif

    - Ce texte vise à proposer une idée nouvelle sur les moyens d’atteindre le bonheur.

    a) énonciation de la thèse :

    - La thèse est énoncée explicitement dès la 1ere ligne : On croit communément qu’il est difficile d’être heureux, et on n’a que trop de raison de le croire ; mais il serait plus aisé de le devenir si…

    ·         L’auteur s’appuie sur la doxa (le bon sens commun) : on croit communément

    ·         Elle adopte la stratégie de la concession pour s’attacher le lecteur : on a raison mais…

    - Cela lui permet d’avancer trois arguments pour justifier sa thèse ; il faut éliminer ce qui rend difficile l’accès au bonheur :

    ·         Il faut réfléchir avant d’agir, cela éviterait de souffrir de conséquences non voulues : si chez les hommes les réflexions et le plan de conduite en précédaient les actions.

    ·         On n’est pas maître de ses désirs, on ne décide pas vraiment de ce que l’on veut : emploi de la forme passive « on est entraîné par les circonstances », renforcée par la connotation du verbe « se livrer » ( = sans volonté, sans résistance) « et on se livre aux espérances qui ne rendent jamais qu’à moitié ce que l’on attend. »

    ·         On s’aperçoit toujours trop tard des moyens d’être heureux. Mais on se trouve alors à un âge où l’on a trop d’entraves pour en profiter.( l. 4,5).

    b) un discours logique : l’auteur va donc produire un raisonnement logique pour convaincre son lecteur :

    ·         On peut relever de nombreux connecteurs logiques tout au long du discours : mais, enfin, car, donc, parce que, donc, mais ? mais, introduisant des causes, des conséquences ou des oppositions.

    c) forte implication du locuteur : pour défendre son opinion, elle s’implique personnellement dans son énoncé :

    ·         Marques de la 1ère personne : je, nous, nos

    ·         Modalisateur : il faut (ce qu’elle considère nécessaire, obligatoire)

    ·         Verbes d’opinion : on n’a que trop raison de le croire, Le Nôtre avait grande raison, je n’ai pas la balance nécessaire…

    d) implication constante du destinataire :

    1.       Généralisation : (1) –On croit communément

    2.       Emploi du pronom « nous » incluant le lecteur

    3.       (6) : adresse au lecteur : ceux qui liront celles-ci y trouveront

    4.       (23) parle à la place du lecteur dans un dialogue fictif : (23)- Mais, me dira-t-on, les passions ne font-elles pas plus de malheureux que d’heureux ?

     

    2) S’appuyer sur l’expérience

    -  Émilie du Châtelet se propose de nous faire profiter de son expérience : l’idée est de faire gagner du temps au lecteur en lui expliquant ce qu’il tarderait trop de temps à découvrir par lui-même ; il profitera ainsi davantage du temps à être heureux.

    ·         (6 à 10) Champ lexical du temps : prévenons (=anticipons) trop tard, trop lentement, perdre une partie du temps précieux et court

    ·         Métaphore : passer à calfater leur vaisseau  le temps de navigation (qu’ils devraient passer à se procurer des plaisirs)   

     

    3) l’émancipation des préjugés : penser par soi-même

    - Autre condition indispensable au bonheur : apprendre à penser par soi-même, exercer son esprit critique :

    ·         (2) chez les hommes, les réflexions et le plan de conduite  [devraient] précéder les actions

    ·         (15) Il faut commencer par bien se dire à soi-même et bien se convaincre

    - Par cette libre pensée il s’agit de se libérer des préjugés moralistes ou religieux qui nous empêchent de goûter nos passions :

    ·         (11) Il faut, pour être heureux, s’être défaits des préjugés

    ·         (17) Les moralistes qui disent aux hommes : réprimez vos passions et maîtrisez vos désirs (…) ne connaissent pas le goût du bonheur.

    ·         (21) ironie (inversion des valeurs) : Ce serait donc des passions qu’il faudrait demander à Dieu, si on osait lui demander quelque chose ; et Le Nôtre avait grande raison de demander au pape des tentations au lieu d’indulgences.

     

    II- L’Apologie des passions

    Ce sont donc les passions que Mme du Châtelet va placer au centre de son argumentation sur le bonheur. Non seulement les passions n’empêchent pas le bonheur mais elles lui sont indispensables ; il ne faut pas les fuir sinon les rechercher.

    1) opposition bonheur/malheur

    - L’ensemble du texte est bâti sur une opposition bonheur/malheur

    ·         Malheur : malheureux(13) malheureux (24) le mal (24) les malheureux (25) leurs malheurs (26) les malheureux (28)

    ·         Heureux(11) heureux (24) le bien (24) les gens heureux ( x2, 27 et 28)

    - Au malheur sont associés les négations et interdictions : réprimez, maîtrisez, l’idée de manque : celui qui la perd, ne connaissent pas, ils y cherchent des remèdes et des soulagements.

    - Alors que le bonheur est lié au passions et aux illusions : goûts, passions, illusions, sensations, sentiments agréables

     

    2) Épicurisme de Madame du Châtelet 

    - Il faut goûter tous les plaisirs de la vie car se les refuser est source de manque donc de souffrance :

    ·         (15) le vernis de l’illusion est encore plus nécessaire que ne le sont à nos corps les soins et la parure ;

    ·         (16) nous n’avons rien à faire dans ce monde qu’à nous y procurer des sensations et des sentiments agréables.

    ·         (19) On n’est heureux que par des goûts et des passions satisfaits.

    Idée d’obligation : ne …que, nécessaire.

    - Cependant, il faut convoiter des passions accessibles et de façon rationnelle, il faut se limiter à celles qui peuvent être comblées ou contentées.

    ·         (20) Au défaut des passions, il faut bien se contenter des goûts

    ·         (11) Il faut être vertueux et se bien porter (pas d’excès, ni moral ni physique)

    ·         (3) Il ne faut pas se livrer à des espérances non contrôlées, car elles « ne rendent jamais qu’à moitié ce qu’on en attend »

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :