• Correction dissertation sur la littérature

     

    En quoi la littérature contribue-t-elle au bonheur de l'homme?

     

    Analyse du sujet :

    - En quoi? Plan analytique : la phrase ne se discute pas; il s'agit là d'une question ouverte, vous devez trouver des éléments de réponse qui pourraient commencer par "parce que..."

    - la littérature : est un art oral ou écrit qui comprend de nombreux genres à visée variable : le roman, le théâtre, la poésie, les essais, les contes...

    - contribuer : concourir, favoriser,participer à

    - le bonheur : joie intense, plaisir, grande satisfaction

    - l'homme : peut désigner l'être humain en général, ou un individu en particulier ( lié à la littérature, ce terme peut désigner aussi bien le lecteur que l'écrivain)

    Il s'agit donc de se demander ce qui participe, en littérature,  au plaisir, à la joie, au bien être de l'homme, de l'homme en société ou de l'individu. 

     

    Pistes : arguments + exemples du corpus et des textes étudiés en classe:

    1) les textes du corpus : 

    Melancholia - Victor Hugo : dénonce le travail des enfants, le traitement inhumain qui leur est infligé. Émeut le lecteur par des images fortes ( réification des enfants, métaphores des machines présentées comme des monstres, interpellation, apostrophe...): Il veut amener le lecteur à réagir, à intervenir pour changer les choses. Il réclame pour les enfants le droit à la santé, au loisir et à l'éducation. Il le revendique explicitement à la fin du poème : "Au nom du vrai travail, sain, fécond, généreux/ Qui fait le peuple libre et qui rend l'homme heureux!" Ce poème a donc pour but d'apporter davantage de bonheur aux jeunes citoyens dans une société plus juste et plus humaine.

    - Utopia- Thomas More : l'auteur imagine une société idéale, équitable et harmonieuse. En exposant les principes humanistes, il critique en filigrane la société réelle. Donc non!!! Il ne s'agit pas d'une fiction imaginaire pour rêver et divaguer. Il est question ici de poser les jalons d'un changement de société, de défendre des principes et des valeurs. Le but n'est pas non plus de conduire le lecteur à croire qu'une société aussi parfaite puisse exister. Le mérite de l'Utopie est de permettre une réflexion sur la possibilité du bonheur en société, du bonheur sur terre, un bonheur reposant sur le respect de l'homme, sur le développement de sa santé, de son éducation, de sa sécurité et de son goût pour la beauté.

    Lettre d'une lectrice à Gustave Flaubert- Marie-S. Leroyer de Chantepie.

    L'auteur de cette lettre remercie l'auteur de Madame Bovary d'avoir peint avec autant de naturel et de vérité l'histoire de cette femme dont elle s'est sentie si proche, au point de vivre chacune de ses souffrances. Elle reconnaît là le monde dans toute sa hideur. On comprend facilement que cette femme a vécu une expérience proche ou semblable :" Voici la morale qui ressort de ceci : les femmes doivent restées attachées à leurs devoirs quoiqu'il en coûte. Mais il est si naturel de chercher à être heureux! Dieu lui-même veut le bonheur de ses créatures, les hommes seuls s'y opposent."

    Comment se fait-il que la plupart d'entre vous n'aient pas porté attention à cette remarque qui comprend pourtant, explicitement, deux termes reliés directement au sujet? Comment fallait-il exploiter cet exemple? Que nous dit-il? Pour cette lectrice, Madame Bovary a été un soulagement, une explication, un moyen de légitimer son aspiration au bonheur. Elle a compris la tendresse de l'auteur pour son personnage dévoré par la médiocrité de cette petite société pudibonde et hypocrite de Province. En peignant un tableau réaliste de la société de son époque, et un portrait tout aussi réaliste de l'héroïne, le romancier permet à la lectrice de s'identifier au personnage et de tirer de son histoire des leçons pour sa propre vie: Ce sont les hommes qui nous interdisent le droit au bonheur, avec leurs lois, leurs croyances: mais le bonheur est légitime et une femme du XIXe siècle ( ou de notre époque) a le droit de se lamenter sur son sort et de chercher à y échapper lorsqu'elle subit un mariage de convenances ou plein de désillusion. La littérature permet une réflexion morale sur le droit au bonheur à travers la fiction romanesque. (cf. également le texte de Mme du Châtelet, dans L'Art d'être heureux, qui défend le droit à la passion).

    L'Enfant- Jules Vallès

    Le personnage-narrateur est un écolier puni, enfermé par un surveillant dans une étude vide. Le temps passe, le surveillant l'a oublié ( il en sera fort confus par la suite!oops) . Mais en attendant, l'enfant devrait s'inquiéter, souffrir de la faim, de la soif, de l'ennui...Que nenni! Le voici plongé dans la lecture de Robinson Crusoé! Il oublie tous ses soucis, le monde qui l'entoure, l'école, les pions, les punitions...Le voilà devenu un aventurier sur une île, vivant d'incroyables aventures, audacieuses et excitantes!!! La littérature nous transporte comme une vague, elle nous emmène loin, très loin de nos vicissitudes quotidiennes. Le roman est une potion magique qui offre, à tout bon lecteur, l'occasion de vivre une autre vie, plus passionnante, plus heureuse, plus enivrante.

    2) arguments:

    J'attends votre liste et vos exemples pris dans les textes et œuvres étudiés cette année, notamment de ceux qui étaient absents lors du devoir! ( non, spécifiquement de ceux qui étaient absents)

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :