• Biographie

    Courte Biographie :

    Rhinocéros : L'Auteur

     

    1. Origines et Formation :

    1. Quelles sont les origines de Ionesco?
    2. Où a-t-il grandi?
    3. Où a-t-il étudié? Quelles études poursuit-il?
    4. Quels sont les premiers contacts de Ionesco avec le Nazisme?

     

    2. Sa carrière de dramaturge :

    1. En quoi peut-il être considéré comme un auteur d'avant-garde?
    2. Qu'appelle-ton "le théâtre de l'absurde" ? ( cf. Manuel p. 405 et 494 )
    3. Quelles sont les œuvres les plus connues de Ionesco ? (titres et sujets)
    4. En quelle année est-il élu à l'Académie Française ?
    5. La Cantatrice Chauve est sa pièce la plus jouée et la plus représentative du Théâtre de l'absurde. Elle met en évidence les problèmes de communication dans notre monde moderne ainsi que la solitude engendrée par cette incompréhension : les conversations tournent à vide, le langage ne remplit plus sa fonction de transmission de message. L'intrigue elle-même ne répond à aucune logique : absurdité des situations, contradictions internes  et entre les personnages, structure non linéaire...

             On sait que cette pièce est née d'une parodie  de manuel d'apprentissage de l'anglais, et que son titre ( nulle cantatrice dans la pièce, et encore moins chauve !) de la bévue d'un comédien fatigué lors d'une répétition. Mais sous ses aspects ludiques, déjantés, cette pièce est riche de sens sur la triste condition humaine : univers hostile, conventions sociales abrutissantes et vides de sens, faillite des valeurs, clichés, solitude. Lisez l'extrait pp. 494 et 495 de votre manuel et répondez aux questions 1 à 5)

        6. Lisez le texte ci-dessous : Pour Ionesco, quel rapport doit-il exister entre l'auteur et le metteur en scène ?

    À propos de Rhinocéros aux États-Unis

         Le succès public de Rhinocéros à New York me réjouit, me surprend et m'attriste un peu, à la fois. J'ai assisté à une répétition seulement, à peu près complète, avant la générale, de ma pièce. Je dois dire que j'ai été tout à fait dérouté. J'ai cru comprendre qu'on avait fait d'un personnage dur, féroce, angoissant, un personnage comique, un faible rhinocéros : Jean, l'ami de Bérenger. Il m'a semblé également que la mise en scène avait fait d'un personnage indécis, héros malgré lui, allergique à l'épidémie rhinocérique, de Bérenger, une sorte d'intellectuel lucide, dur, une sorte d'insoumis ou de révolutionnaire sachant bien ce qu'il faisait (le sachant, peut-être, mais ne voulant pas, nous expliquer les raisons de son attitude). J'ai vu aussi, sur le plateau, des matches de boxe qui n'existent pas dans le texte et que le metteur en scène y avait mis, je me demande pourquoi. J'ai souvent été en conflit avec mes metteurs en scène: ou bien ils n'osent pas assez et diminuent la portée des textes en n'allant pas jusqu'au bout des impératifs scéniques, ou bien ils « enrichissent » le texte en l'alourdissant de bijoux faux, de pacotilles sans valeur parce que inutiles. Je ne fais pas de littérature. Je fais une chose tout à fait différente; je fais du théâtre. Je veux dire que mon texte n'est pas seulement un dialogue mais il est aussi « indications scéniques ». Ces indications scéniques sont à respecter aussi bien que le texte, elles sont nécessaires, elles sont aussi suffisantes. Si je n'ai pas indiqué que Bérenger et Jean doivent se battre sur le plateau et se tordre le nez l’un à l'autre c'est que je ne voulais pas que cela se fît.

     Eugène Ionesco, Notes et contre-notes, 1966, Gallimard, coll. Folio essais, 1991.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :